Les courses ou le plein au Luxembourg, les précisions importantes sur qui peut et qui ne peut pas

Les courses ou le plein au Luxembourg, les précisions importantes sur qui peut et qui ne peut pas
2 images
Les courses ou le plein au Luxembourg, les précisions importantes sur qui peut et qui ne peut pas - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

C’est une question qui alimente les discussions des habitants des communes du sud de l’arrondissement de Verviers, principalement celles de Stavelot, Malmedy, Waimes, Trois-Ponts et Lierneux. Ces habitants peuvent-ils toujours aller faire leur plein ou leurs courses au Grand-Duché de Luxembourg ? Les uns disent oui, les autres non.

Et la réponse, c’est non, tant que durera l’interdiction de se rendre à l’étranger. Pourtant, certaines cartes circulent sur les réseaux sociaux indiquant que ces communes bénéficient d’une exception pour se rendre au Luxembourg. C’est une erreur, confirment les services du gouverneur de la Province de Liège et la zone de police susceptible d’effectuer les contrôles dans cette zone.

La difficulté, c’est de ne pas confondre les zones adjacentes à la frontière et les zones frontalières. Les zones adjacentes, ce sont les communes qui touchent la frontière et celles qui touchent ces communes. Pour leurs habitants, se rendre au Luxembourg pour les services habituels, c’est autorisé.

Les zones frontalières, ce sont les zones proches de la frontière mais qui ne font pas partie des zones adjacentes. Par exemple les cinq communes citées ci-dessus. Pour leurs habitants, se rendre au Luxembourg pour faire le plein ou des courses, cela reste interdit. Le seul déplacement autorisé (en dehors de raisons prévues par le document officiel d’attestation sur l’honneur), c’est par exemple si leur médecin traitant a son cabinet de l’autre côté de la frontière ou un cas similaire. Pas pour aller chercher du pain ou de l’essence.

Cela peut sembler compliqué… et cela l’est. Les services du gouverneur ont eux-mêmes dû se le faire confirmer par le centre de crise fédéral.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK