Les caillebotis vont-ils disparaître de la Fagne de Spa-Malchamps ?

Le DNF, la Division Nature et Forêts a introduit une demande de permis pour procéder au remplacement de caillebotis par des sentiers empierrés, dans la Fagnes de Malchamps. La fréquentation des promeneurs y est de plus en plus importante. Une fréquentation qui a particulièrement augmenté durant la crise sanitaire.

De la Croix Pottier jusqu’à la Tour Radar, sur une portion d’environ 2,5 km, les caillebotis de la Fagnes de Malchamps sont très endommagés et le budget nécessaire pour les remplacer, très élevé. "On estime plus ou moins qu’un mètre courant de caillebotis a une valeur de 100 euros, explique Nicolas Denuit, chef du DNF pour le cantonnement de Spa. Et donc vous multipliez la longueur par 100 euros et vous voyez qu’on est à environ 350.000 euros, si on veut remplacer tout à l’identique. C’est un budget qui n’est pas affecté à la restauration de milieu mais qui est affecté à du cheminement du public en Fagnes."

On constate en outre que la pression humaine a augmenté. La Fagne a toujours été un endroit de promenades prisé par les habitants mais aussi les touristes, de plus en plus nombreux.

Dès lors, pourquoi ne pas remplacer ces caillebotis par des chemins empierrés, nettement moins coûteux ? C’est une solution préconisée par le DNF : "sur 50 ans, poursuit Nicolas Denuit, je considère qu’un chemin empierré est dix fois moins cher qu’un caillebotis. Certains caillebotis sont vétustes et dangereux, l’administration ne peut pas suivre en terme de réparation."

Tous les caillebotis ne seront pas supprimés. Le DNF a investi plus de 10.000 euros cette année pour réparer les caillebotis, précise Nicolas Denuit. On ne va pas réempierrer là où on a investi. Il s’agit d’un tronçon de 2,5 km (soit près de la moitié des caillebotis actuels sur la Fagnes de Malchamps).

 

Des élus locaux protestent contre la suppression des caillebotis

Pour la majorité communale de Spa, les caillebotis font en quelque sorte partie du patrimoine : […] le projet d’empierrement qui est sur la table n’est pas acceptable en l’état, précise Yoann Frédéric, échevin spadois de l’environnement. Les caillebotis font partie de l’imaginaire fagnard et représentent un atout majeur pour l’éveil à la nature, le tourisme et la protection de la biodiversité. Avec nos partenaires du Parc Naturel des Sources (la commune de Stoumont, le CRIE de Berinzenne et Spadel), nous avons interpellé en juin dernier les ministres Tellier (Environnement) et De Bue (Tourisme) pour trouver une solution acceptable…"

Et sur ce dossier, les élus spadois semblent unanimes. Le groupe Osons Spa a déposé une motion au prochain conseil sur ce sujet. Cette motion demande la sauvegarde, dans leur intégralité, des caillebotis de Malchamps, d’être attentif à leur entretien régulier, de rechercher des moyens de financement et d’entreprendre toute démarche pour s’opposer à la demande de permis du DNF.

Et du côté d’Alternative PLus, le discours est le même. Ces chemins empierrés, à la place des caillebotis, Fabienne Dorval n’en veut pas. Pour elle, ces chemins empierrés sont certes moins chers mais aussi moins esthétiques et moins praticables pour certains usagers. "Comme on le voit, ces chemins empierrés se remplissent vite de boue, ils sont difficiles pour la mobilité des parents avec des poussettes ou pour les personnes qui sont en chaise roulante. Il y a ici notamment de promenades qui se font en joélette, un véhicule adapté à la circulation des PMR sur terrain difficile. Sur les caillebotis c’est parfait mais pas pour un chemin empierré".

La Région wallonne dispose maintenant d’une centaine de jours pour statuer sur ce dossier.

 

2 images
© Tous droits réservés
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK