Les Avins: les archéologues "font parler" des ossements préhistoriques

Entrée de la grotte supérieure de Les Avins
Entrée de la grotte supérieure de Les Avins - © Martial Giot

Les archéologues ont enfin commencé à "faire parler" les ossements préhistoriques des grottes de Les Avins, à Clavier. Dans les années 1980, une association locale les a découverts, avec d'autres vestiges, dans trois cavités. Ils se trouvent depuis dans un petit musée aménagé dans l'école du village, mais ils n'avaient jamais fait l'objet d'une étude scientifique approfondie.

Convaincu de leur importance, un représentant de la CWEPPS, la Commission Wallonne d'Etude et de Protection des Sites Souterrains, a pu y intéresser l'Université Libre de Bruxelles. Résultat : une étudiante, Charlotte Sabaux, a consacré l'an dernier un mémoire en archéologie au matériel de la grotte principale. Deux autres mémorantes de l'ULB viennent de commencer à plancher sur les vestiges des deux autres cavités.

Charlotte Sabaux a présenté les résultats de son étude ce jeudi soir à Les Avins. Elle a notamment pu établir la fonction des lieux : " On a un peu trouvé les os en vrac avec des bouts de céramique qui dataient de toutes les périodes. Le fait de pouvoir conclure, grâce à l’étude anthropologique, qu’on avait affaire à un lieu de sépulture, ça a quand même permis de donner une certaine importance et une certaine valeur aux grottes. Ces ossements datent du néolithique moyen entre 4 800 et 3 600 avant notre ère et du néolithique plutôt récent final entre 3 800 et 2 200 avant notre ère. Ils proviennent d’au moins 21 individus. On aurait dans tout cela 6 adultes et 15 enfants."

Une réflexion est également en cours pour mieux mettre en valeur le produits des fouilles déjà menées dans les grottes de Les Avins.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK