Les archives de la prison de Huy entre 1815 et 1991 consultables à Liège

Les archives de la prison de Huy entre 1815 et 1991 consultables à Liège
Les archives de la prison de Huy entre 1815 et 1991 consultables à Liège - © Tous droits réservés

46 mètres : c'est la longueur des travées d'archives de la prison de Huy. Elles sont désormais consultables aux archives de l'Etat à Liège.

Il aura fallu trois ans pour dresser un inventaire des dossiers. Ils concernent environ 12 000 détenus qui ont passé un séjour derrière les barreaux à Huy de 1815 et 1991.

Outre l'aspect historique en matière de criminalité, ces documents fournissent aussi parfois un tas d'autres informations dans les domaines de la sociologie, de la généalogie ou de l'histoire des deux guerres mondiales.

Dans les documents, figurent les registres d'entrées et de sorties des détenus. Les registres d'écrou informent sur les raisons des incarcérations, leur durée, parfois des extraits de jugements, la date de procès... Le dossier d'écrou fournit dans certains cas la photo du prisonnier. A l'occasion, certains documents personnels sont conservés comme des lettres, des photos ou des pièces d'identité.

La comptabilité morale des condamnés

Dans ces dossiers, on trouve souvent un signalement assez précis du détenu: sa religion, s'il savait lire et écrire, sa taille, son type de front, de menton, la couleur des cheveux, sa corpulence.

Delphine Picron, archiviste aux archives de l'Etat à Liège explique: "A l'époque, on pensait qu'en étudiant le physique des individus, on pourrait déterminer s'il allait devenir ou non un repris de justice." 

Figurent aussi un certain nombre de considérations sur la personnalité et la vie privée du prisonnier dans ce qu'on appellait à l'époque "la comptabilité morale du condamné". "Par exemple, dans un dossier, il est noté que le détenu avait une moralité qualifiée de "douteuse", qu'il s'adonnait parfois à l'"ivrognerie" et qu'il vivait maritalement avec une célibataire, certes, mais mère de cinq enfants illégitimes." 

Ces archives sont librement consultables. Mais si vous devez retrouver le dossier de votre arrière-grand-mère hutoise, il vous faudra connaitre sa date d'incarcération ou de libération...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK