Les anciennes loges à minerai d'Ougrée vont servir à envoyer des mitrailles aux gantois

Au pied du HFB, en bordure de Meuse, le "parc à mitraille" d'ArcelorMittal
Au pied du HFB, en bordure de Meuse, le "parc à mitraille" d'ArcelorMittal - © GoogleEarth

Le symbole ne va échapper à personne: les loges à minerai, c'est l'endroit précis où, pendant des dizaines d'années, ont été débarqués les cailloux que les sidérurgistes ont transformés en métal. Désormais, c'est là que la société ArcelorMittal va découper au chalumeau les chutes de tôles et les bobines de troisième catégorie, les rebuts des laminoirs, puis les entreposer avant de les expédier vers le siège gantois du groupe pour alimenter une aciérie. Le haut fourneau ougréen a été, un moment, le plus performant de la multinationale selon le critère du rapport entre quantités à l'entrée et volume de fonte à la sortie. Le bassin liégeois, réduit au rôle de fournisseur de matière première....

Ce "parc à mitraille" doit fonctionner sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et traiter quotidiennement six cent cinquante tonnes,  ce qui représente quand même un charroi d'une septantaine de camions. La société ArcelorMittal souhaite privilégier le rail, et surtout le fleuve puis les canaux, pour le transport jusqu'en région flamande. 

Selon le dossier déposé à l'administration communale sérésienne, les nuisances, poussières ou bruits, devraient être limitées. Des contrats sont dores et déjà signés avec des sous-traitants. Dans cet unité, la société ArcelorMittal prévoit d'occuper... trois travailleurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK