Les 4 jeunes impliqués dans la mort de Valentin Vermeersch sont maintenus en détention

Le jeune Valentin a été torturé puis jeté dans la Meuse.
Le jeune Valentin a été torturé puis jeté dans la Meuse. - © Tous droits réservés

Ce matin, à la chambre du conseil de Huy, aucun avocat n'a demandé leur libération. Ils sont 5, dont un mineur en IPPJ, soupçonnés d'avoir torturé, puis jeté dans la Meuse le jeune Valentin, légèrement handicapé.

Maitre Pascal Rodeyns est l'avocat de l'un d'entre eux, Dorian, âgé de 20 ans. C'est lui qui s'est rendu à la police le weekend dernier: "On est face à des faits d'une gravité tout à fait certaine" explique l'avocat. "Je pense que nous sommes face à plusieurs jeunes gens qui n'ont pas d'antécédents et qui ont commis des actes qui sont atroces, il faut le dire. Mon client conteste avoir participé à la scène d'homicide à proprement parlé. Je pense qu'à ce stade-ci, ce qui est important, c'est que l'enquête puisse se dérouler dans de très bonnes conditions. Tous les avocats ont émis ce souhait de pouvoir faire le point par rapport au déroulement des faits, par rapport aux témoignages. Nous aurons à comprendre ce qui s'est passé avant les faits, pendant les faits -qui durent un certain temps-, et dans les semaines qui ont suivi. Et je pense que tout ce travail-là doit être accompli avec méthode, et avec une collaboration de l'ensemble des protagonistes".

Aucun de ces jeunes n'était connu des services de police. Des jeunes sans histoires donc, pour lesquels il va falloir essayer de comprendre comment ils en sont arrivés à commettre des faits d'une telle horreur. Maître Adrien Croisier, l'avocat de l'un des inculpés, Alexandre, âgé de 19 ans: "Je pense que l'intérêt de ce dossier, pour la société notamment, sera de comprendre comment de jeunes individus, sans antécédents particuliers, en arrivent à une soirée aussi horrible, aussi atroce, avec des faits aussi graves et qui marquent tout le monde. Qui marquent notamment les avocats de la défense, et je pense que tout le monde comprend l'émoi que cela suscite dans la population, la douleur qui est celle évidemment de la famille de la victime. Et je pense que cette enquête, ce sera de comprendre comment une dynamique de groupe et comment des individus a priori lambdas peuvent en arriver à des extrémités de ce type-là".

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir