Le wagon-thermos, symbole de la sidérurgie liégeoise

Le wagon-thermos, symbole de la sidérurgie liégeoise
Le wagon-thermos, symbole de la sidérurgie liégeoise - © Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège

L'association d'éducation populaire "A Contre-Courant" lance un appel pour la sauvegarde d'un outil ferroviaire typique de notre région, symbole de l'industrie sidérurgique du bassin liégeois:  les wagons-thermos. Ceux-ci servaient à transporter la fonte en fusion à partir des hauts-fourneaux de Seraing jusqu'à l'aciérie de Chertal.

"Cet appel s'adresse à la population mais également aux autorités communales, provinciales et régionales" précise Pierre Eyben, président de cette association "depuis la fermeture de la phase à chaud, il y a beaucoup de débats sur la préservation des témoins de cette épopée industrielle. Il y a des régions comme la Ruhr, la Sarre ou la Lorraine qui ont le souci de préserver ce qui représente quand-même le fondement de leur patrimoine culturel et humain. À Liège, ça fait un peu défaut jusqu'à aujourd'hui. Il y a l'exemple symbolique du HF6, haut-fourneau de Seraing qu'on a déjà mis à terre."

Selon lui, il reste un combat essentiel qui consiste à essayer de préserver le second encore debout, celui d'Ougrée, le HFB. Et plus modestement, il y a ces wagons-thermos qui lui semblent vraiment un symbole important et qu'il faut préserver.

Le wagon-thermos, vieux de plus de cinquante ans

C'est en 1963 que la société Espérance-Longdoz met au point ce wagon-thermos. "L'objectif était de maintenir la température de la fonte qui se trouvait à l'intérieur la plus chaude possible jusqu'à son arrivée sur le site de Chertal" explique Pascal Lefebvre, Directeur de la Maison de la Métallurgie et de l'Industrie de Liège. "La température se situait entre 1250 et 1350 degrés et la distance que parcouraient les wagons-thermos était d'environ 25 km. Actuellement, il reste encore une dizaine de ces wagons sur le site de Chertal. D'autres existent peut-être encore sur d'autres sites mais qui ne sont pas accessibles".

Avec l'accord du propriétaire, Arcelor Mittal, l'idée de cet appel serait de pouvoir récupérer ne serait-ce qu'un de ces wagons, de le restaurer, de traiter la corrosion qui a commencé à apparaître sur l'enveloppe extérieure et de l'intégrer dans la collection de la Maison de la Métallurgie de Liège mais à l'extérieur. Où?  En face, sur l'esplanade, cet espace vert du Boulevard Raymond Poincaré. Il serait bien visible de tous les piétons et des automobilistes. Le wagon-thermos retrouverait ainsi son lieu d'origine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK