Le tram liégeois va peut-être coûter plus cher que prévu…

L'une des esquisses du futur tram liégeois.
L'une des esquisses du futur tram liégeois. - © TEC

A Liège, le dossier du tram poursuit son petit bonhomme de chemin. Dans sa réponse à une question parlementaire, le ministre wallon des Transports, le cdH Carlo Di Antonio, vient de lever un coin du voile sur les modifications du cahier des charges qui ont permis d'arracher l'accord des fonctionnaires européens sur le montage financier de l'opération. Et ça va peut-être coûter plus cher que prévu.

"Les modifications du cahier des charges ne sont pas de nature à modifier significativement le coût du projet." Ce sont les propos du ministre des Transports, au parlement wallon. Mais concrètement, le calcul de la redevance à payer, chaque année, à l'opérateur privé, a été changé pour satisfaire les normes comptables.

Avec quelles conséquences ? Là, c'est toujours très flou...

Dans les trois premières tentatives pour obtenir l'aval des autorités européennes, c'est une redevance de disponibilité qui a été inscrite. En clair : un forfait, pour rembourser l'investisseur qui installe les rails et fournit les rames du tram. Un forfait, avec des sanctions si les objectifs quantitatifs et qualitatifs ne sont pas atteints.

Désormais, c'est une redevance au kilomètre. Donc, une somme variable. C'est, en apparence, un détail très technique. Mais, selon les fonctionnaires d'Eurostat, c'est une manière de récompenser plus le partenaire privé pour le risque qu'il prend et la performance qu'il atteint. Rétribuer plus le risque....

De quoi alourdir la facture ?

A cette question, quand même essentielle, personne, au niveau communal, au niveau régional, ne semble en mesure de répondre.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir