Le retour d'Agir sur la scène politique liégeoise

Quatre demi-panneaux sur huit ne semblent pas respecter à la lettre le prescrit règlementaire: "Agir" s'est glissé entre CDH et VeGa
Quatre demi-panneaux sur huit ne semblent pas respecter à la lettre le prescrit règlementaire: "Agir" s'est glissé entre CDH et VeGa - © Michel Gretry

Une affiche avec le sigle "Agir", et le symbole d'un trident, a fait son apparition sur les panneaux officiels que la ville de Liège a installés pour la campagne électorale. Ce groupe d'extrême droite confirme qu'il compte se présenter au scrutin communal d'octobre.  Voici près d'un quart de siècle, le parti "Agir" avait décroché deux élus, avant de se disloquer dans d'interminables querelles intestines, de réapparaître ensuite en diverses factions, sous plusieurs étiquettes, sans grand succès, à l'exception d'un siège décroché sous le vocable "front national", voici douze ans.

La liste "Agir" qui se concocte, c'est une alliance, en fait, composée de plusieurs groupuscules aux relents nationalistes, xénophobes, sécuritaires voire neo-nazis. Il est d'ailleurs curieux que la propagande d'"Agir" soit dès à présent placardée par les agents de la ville, alors que le règlement précise, en son sixième article, que les formations qui ne respectent pas les principes démocratiques sont exclues du dispositif. La vérification, à l'évidence, n'a pas été faite.

Une sorte de précipitation, voire de cafouillage, semble régner, puisqu'à ce stade, seules les listes dites nationales ont reçu un numéro d'ordre qui détermine la place de chacun sur les panneaux. Pour les autres, les listes locales, le tirage au sort n'a pas encore eu lieu, ni d'ailleurs la validation des conditions d'éligibilité, et l'affichage semble prématuré. Le directeur général a d'ailleurs, ce mercredi après-midi, demandé à ses services de décoller les affiches du groupe "Agir", mais également de VeGa et de DéFI.

Flou écologiste....

Le cas de Vert Ardent est particulier: ses militants ont déposé une attestation par laquelle le parti Ecolo les autorise à utiliser le numero  national, le 2, d'où leur placement sur les panneaux. Ce n'est toutefois pas totalement régulier, puisque ce document doit encore être accepté par le magistrat qui préside le bureau électoral. Mais dans l'immédiat, leurs portrats restent en place....

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK