Le "retour à Liège", à la base d'un projet immobilier haut de gamme à Saint-Jacques

Première esquisse du projet de la Foncière Asklépios
3 images
Première esquisse du projet de la Foncière Asklépios - © Tous droits réservés

C'est l'un des derniers chancres du centre-ville liégeois qui pourrait bientôt disparaître : le parking de la compagnie d'assurances Axa, à l'ombre de la collégiale Saint-Jacques, devrait prochainement céder la place à un projet  immobilier ambitieux, mené par la société hesbignone Foncière Asklépios.

L'enquête publique vient de démarrer. Il s'agit de construire, sur six niveaux, 45 appartement de standing, avec conciergerie et services de type majordome (billetterie de spectacles, organisations de déplacements, réservations de restaurants, ou autres...). Les plans prévoient un clos intérieur privatif, des murs couverts de végétaux ou de bardages en bois, et trois voire quatre sous-sols pour du stationnement automobile.

L'investissement s'élève à 18 millions d'euros. Sur cette parcelle, six demandes de permis de bâtir ont été déposées, par le passé, mais jusqu'ici, tous les candidats (notamment une extension d'une résidence à kots d'étudiants) ont essuyé des refus. Cette fois, le dossier semble sociologiquement plus en phase avec l'endroit.

Le projet s'adresse à une clientèle de gens aisés, des retraités, qui ont vécu en banlieue, dans des habitations quatre façades devenues trop spacieuses désormais depuis que les enfants ont grandi, et qui souhaitent revenir dans un logement plus urbain, mais haut de gamme, et avec de l'espace en suffisance pour accueillir de temps à autres, leurs petits-enfants. 

C'est une tendance qui se constate depuis quelques années. D'ailleurs, les notaires, dans leurs statistiques annuelles, notent des baisses de prix, par surabondance de l'offre, pour les maisons unifamiliales avec jardins en périphérie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK