Le projet Madeleine 4.0 fâche Le Vieux Liège et S.O.S. Mémoire de Liège

Les immeubles concernés rue Souverain-Pont, au milieu l'hôtel de Lantremange
Les immeubles concernés rue Souverain-Pont, au milieu l'hôtel de Lantremange - © RTBF - Martial Giot

Les associations Le Vieux Liège et S.O.S. Mémoire de Liège se mobilisent contre le projet Madeleine 4.0.

Une enquête publique est en cours jusque ce 30 octobre à propos de ce projet de réaffectation de l’îlot urbain ceinturé par les rues Souverain-Pont, de la Madeleine, de la Cathédrale et Jamin Saint-Roch. Le groupe Noshaq, l’ex-Meusinvest, prévoit la démolition d’une partie du bâti et des reconstructions afin d’aménager des bureaux, des commerces, des appartements et un parking.

Des démolitions sans raison ?

C’est particulièrement le sort prévu pour les immeubles situés du côté de la rue Souverain-Pont, une rue tracée au Moyen-Age, qui fâche Le Vieux Liège et S.O.S. Mémoire de Liège, comme l’explique Madeleine Mairlot, porte-parole des deux associations : "Nous sommes tout à fait favorables à l’assainissement, à la rénovation, à la modernisation de ce quartier de Liège. Ce qui nous inquiète et qui nous fâche c’est que cinq maisons de cette partie de la rue Souverain-Pont, qui datent des XVIIe et XVIIIe siècle, vont être démolies sans raison. On ne comprend pas pourquoi. Alors que, dans le quadrilatère, ce sont les maisons les plus intéressantes, particulièrement l’hôtel de Lantremange qui était autrefois, dans son rez-de-chaussée, une salle de cinéma et qui est devenu aussi une salle de vente."

Un parking aberrant ?

Des démolitions sont aussi notamment prévues à l’intérieur de l’îlot. "Est prévue la démolition d’une maison du XVIIe siècle, de style art Mosan, mais nous ne l’avons même pas vue dans le descriptif déposé à la Ville de Liège dans le cadre de la demande de permis.", précise Madeleine Mairlot, "Ce qui nous fâche également, c’est le fait qu’un parking va être installé à l’intérieur de cet îlot : 110 voitures au centre-ville à notre époque, nous trouvons ça absolument aberrant."

Le Vieux Liège et S.O.S. Mémoire de Liège ont évidemment déposé des réclamations dans le cadre de l’enquête publique. Les deux associations espèrent en susciter d’autres d’ici sa clôture ce mercredi. Elles vont aussi solliciter une rencontre avec l’échevine liégeoise de l’urbanisme et du patrimoine, Christine Defraigne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK