Le projet liégeois du groupe hôtelier Van Der Valk soumis au bon vouloir de l'ONEM

Un an de retard, pour la reconversion de l'hôtel du Palais des Congrès de Liège
Un an de retard, pour la reconversion de l'hôtel du Palais des Congrès de Liège - © Tous droits réservés

L'hôtel qui jouxte le Palais des Congrès, à Liège, va-t-il finir par rouvrir ses portes ? L'établissement a été vidé, depuis un an, mais le projet de réhabilitation, mené par le groupe Van Der Valk a pris du retard. En fait, contre toute attente, le contrat n'est toujours pas signé.

Depuis que la chaîne hollandaise a été désignée par l'intercommunale qui gère le Palais des Congrès, elle a cherché du financement, notamment auprès de la société publique Ecétia. Quinze millions, par les temps qui courent, ça ne se trouve pas facilement. Et ça demande des garanties. Le promoteur a également dû affiner ses plans, pour réduire le nombre de chambres, et les remplacer par une salle de séminaire. Bref, les délais se sont allongés.

Risque de licenciements

Et c'est à l'origine d'un blocage, de type social. Dans son offre, le groupe Van Der Valk a promis de réembaucher les employés de l'ancien exploitant Alliance. Et pour supporter la longue période de fermeture pour travaux, le groupe Van Der Valk a obtenu de l'Office National de l'Emploi (ONEM) de mettre les travailleurs en chômage technique pendant dix-huit mois. Dix huit mois, c'est la durée, initialement prévue, du chantier. Il est acquis désormais qu'il en faudrait douze de plus. Mais l'ONEM refuse de prolonger.

Le groupe Van Der Valk ne souhaite évidemment pas supporter les salaires de gens inoccupés. Il risque de licencier. Ce qui le met en délicatesse par rapport à ses engagements. Ce qui, de toutes façons, renvoie l'ancien personnel à la charge l'ONEM et des caisses d'allocations. Des tractations sont en cours. La réouverture de l'hôtel n'est assurément pas pour demain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK