Le procès d'Ogeo Fund contre les journalistes n'a pas commencé et n'aura pas lieu à Liège

Le procès d'Ogeo Fund contre le journaliste David Leloup et deux de ses confrères n'a pas commencé. L'audience de ce 10 avril devait fixer un calendrier. Mais les avocats d'Ogeo n'avaient pas fait inscrire l'affaire pour ce mercredi à Liège. Elle sera réinscrite, plus tard, devant le Tribunal de première instance francophone de Bruxelles. Ogeo Fund réclame 500 000 euros de dommages à trois journalistes. L'audience de ce matin à Liège avait quelque chose de surréaliste.

L'affaire n'est pas enrôlée à Liège

Une quarantaine de personnes étaient présentes dans la salle pour soutenir le journaliste David Leloup. Mais quand le président en est arrivé à l'affaire Ogeo contre Roularta, Leloup et Cochez, il a interrogé sa greffière. Il a ensuite interrompu l'audience pour un incident de procédure. Puis il est revenu avec une explication laconique : l'affaire n'est pas enrôlée. Le procès n'a pas lieu. 

Le journaliste David Leloup est abasourdi. Il a bien lui, pourtant, reçu la citation des avocats d'Ogeo. Un document de trente pages. Ogeo lui réclame des dommages pour 500 000 euros à lui, à son rédacteur en chef, au groupe Roularta et au journaliste Tom Cochez. Ogeo s'estime lésé par une série d'articles qui montrent des liens entre le fonds de pension liégeois, la NVA, des proches de Stéphane Moreau et des investissements immobiliers à Anvers.

Elle sera réinscrite à Bruxelles 

Alors, ce procès contre les journalistes aura-t-il lieu oui ou non ? L'avocat d'Ogeo a ignoré nos questions, mais à priori, la réponse est oui. Nous avons pu apprendre qu'il comptait réintroduire l'affaire à Bruxelles. Quand et pourquoi ? Ca fait partie des questions que nous voulions poser aux conseils d'Ogeo Fund.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK