Le prix du lait s'effondre, les fermiers liégeois s'inquiètent

Dans les campagnes sprimontoises l'inquiétude monte quand le prix du lait baisse
Dans les campagnes sprimontoises l'inquiétude monte quand le prix du lait baisse - © Michel Gretry

C’est un dommage collatéral de l’épidémie : le prix du lait s’effondre. Ce mercredi, la ferme Collienne, à Sprimont, a appris que la société qui vient récolter tous les trois jours annonce une baisse de vingt pour cent, tarif départ ferme.

La consommation de briques de lait, dans les supermarchés, est plutôt en croissance, mais ça représente un gros dixième du chiffre d’affaires de la Laiterie des Ardennes, au plus. Elle vend essentiellement de la poudre de lait à des clients chinois. Le marché est mondial, le commerce est ralenti; la surproduction survient à un mauvais moment.

Comme l'explique Alain, le père, "nous sommes occupés à préparer la terre sur une douzaine d'hectares, pour planter le maïs qui sert à nourrir notre centaine de vaches pendant l'hiver: avec les beaux jours, nous avons commencé à épandre le lisier, mais là, les bêtes sont dehors, et comme l'herbe est fraiche et grasse, la production va encore augmenter". Or, il faudrait au contraire diminuer: "nous savons que si au niveau européen, nous réduisons les volumes de 10%, les prix vont monter de 5%, sans que les consommateurs ne s'en aperçoivent". Et si cette crise dure trop longtemps, son fils, Pierre, qui a repris l'exploitation voici trois ans, risque de ne pas tenir le coup: "j'ai contracté un emprunt  assez conséquent d'un demi million, à la banque, j'ai calculé le crédit pour tenir avec un prix moyen pour le lait, comme nous avions jusqu'ici, mais si la baisse continue, je ne pourrai plus rembourser mes dettes; la solution ? c'est de réguler la production, ça nous aiderait beaucoup".

Le ministre de l'agriculture wallonne a justement entrepris en début de semaine des démarches en ce sens auprès de la commission européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK