Le Préhistomuseum de Ramioul rouvre ses portes après 3 ans de fermeture

Le préhistomuseum de Ramioul rouvre ses portes après 3 ans de fermeture
4 images
Le préhistomuseum de Ramioul rouvre ses portes après 3 ans de fermeture - © Joëlle Saive - RTBF

Le Préhistomuseum de Ramioul, en Région liégeoise, rouvre ses portes après trois ans de fermeture. Le site, réparti sur 30 hectares, propose plus que jamais un véritable panorama animé de la vie de nos ancêtres.

Le Préhistomuseum à Flémalle, c'est une invitation au voyage et aux expériences. Nous pouvons observer les chasseurs et les techniques de nos ancêtres. Christien Casseyas, archéologue et responsable du laboratoire expérimental du Préhistomuseum de Ramioul explique : "Le problème, c'est qu'avec cette arme, on ne sait pas viser puis tirer comme à l'arc, parce que ce n'est pas un arc qui emmagasine la force, vous visez, vous lâchez. Ici, vous prenez une position et il faut continuer à bouger pendant qu'on vise. Donc, ce n'est pas une décomposition de viser et tirer. Il faut viser pendant qu'on tire ou tirer pendant qu'on vise."

Une fois l'animal abattu, rien ne se perdait. La viande était mangée, les os et la graisse étaient utilisés. Marie Wéra, responsable du service éducatif au Préhistomuseum, explique ce qui se passait à l'époque : "Quand on va la chasse, rien ne se perd, tout se transforme, déjà l'époque. Ça veut dire qu'on utilise les peaux pour se vêtir, on récupère la chair pour se nourrir, on récupère la graisse pour s'éclairer. Et les dents, l'ivoire vont servir à la parure, être beau déjà l'époque".

"100 000 visiteurs à l'horizon 2020" et des emplois créés

Dans des enclos, des animaux rustiques font leur apparition. Christian Casseyas : "Voir un cochon rose aujourd'hui ne ressemble pas à ce que les gens voyaient et à la Préhistoire. Heureusement, il existe encore, à gauche et à droite, des animaux qui sont plus proches de ce qu'on avait il y a 7000 ou 6000 ans."

Un laboratoire d'archéologie expérimental ouvre ses portes. Il y a toute une série d'objets mystérieux. À quoi pouvaient-ils bien servir ? Christian Cassyas répond : "Il y a par exemple des pièces en os avec un trou dedans. On peut penser que c'est une clé, un certain bras de levier, un pendentif.  Donc, on essaye de donner une réponse ou des choses plus claires en faisant la reproduction et des tests sur l'utilisation".

Après trois ans de travaux, le Préhistomuseum prend un nouveau départ avec un investissement de 9 600 000 euros. Fernand Collin, préhistorien et directeur du Préhistomuseum de Ramioul précise : "Nous avions 42 000 visiteurs à la fermeture pour travaux et nous attendons 100 000 visiteurs à l'horizon 2020. C'est aussi la création d'emplois puisque nous passerons de 40 à 65 employés."

À la sortie du site, le visiteur payera son ticket en fonction du temps qu'il aura passé au Préhistomuseum.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK