Le port autonome de Liège veut redynamiser le ferroviaire sur l'île Monsin

Au port autonome, l'après-sidérurgie passe par les conteneur, et les chemins d" fer
Au port autonome, l'après-sidérurgie passe par les conteneur, et les chemins d" fer - © Liège Container Terminal

Le port autonome de Liège a présenté ce mercredi ses résultats pour l'année écoulée: ils sont excellents. Avec vingt millions de tonnes, le volume atteint pratiquement les chiffres de 2008, la dernière année d'une sidérurgie à plein régime, avec deux hauts fourneaux. C'est dire qu'en dix ans, l'après ArcelorMittal semble enfin surmonté. Signe des temps, les responsables lorgnent à présent sur les terrains de Chertal, pour s'étendre.

Dans le détail du bilan, parmi les entreprises qui ont connu les plus fortes croissances, figurent les cimentiers CBR, avec la reprise du secteur de la construction au niveau européen, ou encore le groupe Engie, pour sa centrale à pellets. Les transbordemùents ont par contre faibli pour les pétroliers et les carriers. Les caboteurs, qui livrent des tôles à des usines espagnoles ou portugaises, et qui importent du charbon, sont également en augmentation.

Un autre mutation est en cours: les tonnnages de marchandises en vrac diminuent proportionnellement au trafic des conteneurs, qui a connu une hausse de plus de trente pour cent. Les choix strétagiques effectués au début du siècle s'avèrent donc payants. Et ces développements imposent désdormais une réflexion.... ferroviaire.

Le "retour" du rail sur l'île Monsin

Ce qui est envisagé, c'est un "ofp", un opérateur ferroviaire de proximité. C'est un concept d'origine française. Il s'agit de permettre à une firme d'organiser des tracteurs de convois dans une zone strictement délimitée, sans les contraintes et les obligations d'une société nationale ou internationale de chemins de fer. Les trains qui arrivent à Kinkempois, gare d'entrée dans l'agglomération pour le frêt, sont électrifiés. Mais pour atteindre ensuite un terminal fluvial, il faut emprunter une ligne industrielle avec locomotive au diesel. Il s'agirait, en concertation avec Infrabel, de moderniser les infrastructures, pour faciliter les liaisons vers Monsin d'abord, vers Chertal et Trilogiport ensuite. Les négociations entre les divers partenaires de ce projet sont en cours....

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK