Le port autonome de Liège a le vent en poupe

Le port autonome prépare l'après sidérurgie
Le port autonome prépare l'après sidérurgie - © Tous droits réservés

Le bilan annuel du port autonome de Liège laisse apparaître une baisse des tonnages transbordés (-5%) mais une hausse du chiffre d'affaires (+13%). Et, plus étonnant encore dans le contexte de crise, de crise de la sidérurgie, avec des conséquences pour tout le bassin industriel, le bénéfice est en très forte augmentation.

L'explication de cet excellent résultat, c'est que les tonnages de charbon et de minerai de fer, pour ArcélorMittal, sont des marchandises en vrac, et en quantités telles que les tarifs sont forcément dégeressifs.

Pour compenser l'arrêt des hauts fourneaux, le port autonome a cherché d'autres clients. Et les péniches se remplissent désormais de produits dont la manutention apporte plus de valeur ajoutée. C'est le cas, par exemple, des plâtre de Knauf, à Engis, ou encore le bioéthanol, de la filiale de SudZucker, à Wanze.

Le port autonome constitue un point d'observation de la santé économique du bassin liégeois. Le bilan 2013 est marqué, par exemple, par une réduction des volumes de l'industrie cimentière, ou des carrières, consécutivement au ralentissement, à l'échelon européen, des chantiers de construction.

Le trafic des conteneurs est annoncé en croissance, et le Trilogiport, dont l'aménagement a commencé, devrait encore confirmer cette tendance à l'avenir. Divers autres travaux sont également prévus, notamment pour développer les activités pétrolières: des capacités supplémentaires vont se construire, dans le cadre de l'adaptation des réserves stratégiques de carburant.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK