Le poids des Liégeois dans les nouveaux gouvernements vu par Jean Faniel, le directeur général du CRISP

Le poids des Liégeois dans le nouveau gouvernement wallon vu par Jean Faniel, le directeur général du CRISP
Le poids des Liégeois dans le nouveau gouvernement wallon vu par Jean Faniel, le directeur général du CRISP - © Tous droits réservés

Ecolo, MR et PS vont bien gouverner ensemble la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Six femmes et sept hommes composeront les nouveaux gouvernements. Au niveau liégeois, le nombre reste le même que lors de la précédente législature mais l’influence, elle, sera différente.

"On ne peut pas dire que du côté liégeois on soit moins bien servi que par le passé. C’est vrai qu’avec le retrait du cdH, désormais dans l’opposition, on perd deux ministres : Alda Greoli et Marie-Martine Schyns qui est plutôt de l’arrondissement de Verviers. Elles sont remplacées, en terme d'attributions, par d’autres personnes qui viennent également de la région liégeoise. Je dirais qu’au sein de la province, on a un peu un rééquilibrage au profit de l’arrondissement de Liège et au détriment de celui de Verviers", analyse Jean Faniel, le directeur général du CRISP, le Centre de recherche et d’information socio-politiques.

 

Région Wallonne : Christie Morreale (PS), ministre de l’emploi

En Wallonie, Elio Di Rupo (PS) sera à la tête du gouvernement. Le socialiste deviendra pour la troisième fois le ministre président de ce gouvernement. À ses côtés, deux autres membres PS. Pierre-Yves Dermagne récupère le logement et les pouvoirs locaux et la liégeoise Christie Morreale devient ministre de l’emploi notamment.

"On voit également que Jean-Claude Marcourt n’est plus ministre en Wallonie, depuis 2017 ainsi qu'en Fédération Wallonie-Bruxelles depuis 2019. Auparavant, il était vice-président des deux gouvernements. Les deux vice-présidences du gouvernement, chez les socialistes, arrivent à des Liégeois. C’est Christie Morreale en Région Wallonne, qui a quand même un assez gros portefeuille. Et c’est Frédéric Daerden en Fédération Wallonie-Bruxelles qui a un portefeuille peut être un peu moins garni que Christie Morreale mais qui est quand même stratégiquement important", explique le directeur du CRISP.

Côté MR, trois têtes connues. Le précédent ministre-président, Willy Borsus, redevient "simple" ministre, de l’économie, de l’agriculture. Jean-Luc Crucke s'occupe entre autres du sport et Valérie De Bue gère le tourisme et le patrimoine.

 

Philippe Henry (Ecolo) revient 10 ans après !

Chez les Ecolo, on compte deux ministres dont un revenant et une surprise. Le revenant, c’est Philippe HenryIl était déjà ministre de la mobilité il y a 10 ans. Cette fois, il a hérité du climat, de l’énergie en plus. "Philippe Henry a déjà eu une expérience au niveau ministériel et il a dans ses compétences notamment la mobilité. Sous cette législature, le tram devrait apparaître dans les rues de Liège et donc avoir un ministre de la mobilité qui est lui-même implanté en cité ardente, ça pourrait être un élément important pour suivre ce dossier d’assez près", argumente Jean Faniel. La surprise, c’est Céline Tellier, ministre de l’environnement. Si son nom ne vous dit rien, c’est parce qu’elle ne s’est pas présentée aux élections. Elle est secrétaire générale de l’agence Inter-Environnement Wallonie.

 

Pierre-Yves Jeholet (MR) dirige le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est également constitué. Pierre-Yves Jeholet (MR) devient le chef de ce gouvernement. "Pierre-Yves Jeholet devient ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Si je ne me trompe pas, il faut remonter aux années 90, et donc Laurette Onkelinx quand elle était toujours implantée à Liège, pour voir un Liégeois diriger ce gouvernement", précise Jean Faniel. Pierre-Yves Jeholet est accompagné de la libérale Valérie Glatigny, peu connue du public. Elle s’occupera de l’enseignement supérieur. Toujours du côté de l’Enseignement, le décret inscription sera géré par la socialiste Caroline Désir.

L’autre PS de ce gouvernement : c’est Frédéric Daerden, le fils de Michel Daerden. Comme son père par le passé, il va s’occuper du budget.

Enfin, une écolo pour compléter l’équipe, Bénédicte Linard. Elle  est arrivée en politique en 2009 au cabinet du ministre wallon Jean-Marc Nollet. Elle est désormais ministre de la petite enfance et de la santé.

"Il y a un élément qu’il ne faut pas oublier. Il y a deux personnalités qui disparaissent du casting ministériel du côté socialiste, c’est Rudy Demotte et Jean-Claude Marcourt. Cependant, leur sort n’est pas tout à fait le même puisque Jean-Claude Marcourt a été désigné hier par le congrès socialiste pour mener les négociations pour le parti socialiste au niveau Fédéral. Alors on sait que ces négociations risquent de prendre encore pas mal de temps mais cela veut dire qu’il continue à jouer un rôle relativement important. Et donc il n’est certes plus ministre maintenant mais il pourrait sans doute le redevenir dans le scénario qui a été écrit hier par le PS alors que pour Rudy Demotte, c’est visiblement la fin de son parcours ministériel", conclu Jean Faniel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK