Le photographe Georges De Coster: plus de 35 ans de Grands Prix

Le photographe Georges De Coster: plus de 35 ans de Grands Prix
Le photographe Georges De Coster: plus de 35 ans de Grands Prix - © RTBF (E. Destiné)

Plongeon dans l'ambiance de la Formule 1 avec un photographe belge qui connaît le circuit de Spa Francorchamps mieux que sa propre maison.  Georges De Coster couvre cette année son 36ème Grand Prix de Belgique, avec toujours autant de passion.  Ce flamand, qui a élu domicile près de Namur, a couvert sa première course en 1980. 

Eric Destiné a accompagné ce monument du paddock à toute vitesse dans les travées de Francorchamps.  En trois décennies, les choses ont beaucoup changé.  "On travaille beaucoup plus maintenant.", dit-il.  "Avant, quand les pilotes avaient fini de rouler, nous, on avait fini aussi.  On faisait un peu des photos dans les paddocks de l'un ou l'autre qui jouait aux cartes, à l'époque c'était Alain Prost, Gilles Villeneuve ...  C'était formidable, on jouait avec l'un ou l'autre une petite partie de football.  Maintenant, ce n'est malheureusement plus le cas."  En effet, les pilotes sont beaucoup plus entourés.  Et depuis l'apparition du numérique, les photographes travaillent presque sans arrêt.  Sur le weekend du Grand Prix, Georges prendra dix fois plus de photos qu'il y a 30 ans.  "Je pense que ça frôle les 20.000 photos, et il faut tout trier.  Sur internet, il y a peut-être 150 photos qui seront publiées.  Dans les gazettes, il y en aura peut-être dix et dans les magazines, peut-être 20, c'est tout."

Les pilotes de F1, Georges les a presque vu grandir.  Et certains sont même devenus champions du monde.  "J'ai connu Mika Häkkinen au temps où il venait encore rouler au circuit de Zolder en Formule Ford.  Il courait après moi pour avoir des photos."

Aujourd'hui, ses clients, ce sont des agences, des sites internet, des magazines.  Cette année, ils sont demandeurs de photos des supporters du pilote Belgo-Néerlandais Max Verstappen.

Sur sa carrière, Georges a capté des centaines de courses dans le monde.  Et ce passionné est loin d'être blasé "J'ai pu faire de mon hobby, mon métier.  Je suis un chançard ..."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK