Le Perron rénové inauguré ce vendredi après-midi: pourquoi est-il si important aux yeux des Liégeois?

C’est un monument cher aux Liégeois dont la fin de la restauration complète sera inaugurée ce vendredi. Il s’agit du célèbre Perron, qui figure dans les armoiries de la ville et est avant tout l’emblème des Libertés liégeoises, rappelant tant l’autorité des Princes-Evêques que la souveraineté et l’autonomie communale.

Une année et demie de travaux aura été nécessaire et aura vu le démontage de la colonne, la réparation des bassins et le nettoyage des différentes pierres. Le Perron qui est véritablement le symbole de Liège.

Avant d’être ce monument bien connu, il s’agissait d’une fontaine, déjà citée en 942, alors que le Perron que nous connaissons aujourd’hui a été construit en 1305 suite au tarissement des eaux de la source.

Dès ce moment, il symbolise les franchises et privilèges accordés à Liège. Raison pour laquelle il subit la colère de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, après la défaite liégeoise face à ses troupes. Nous sommes en 1468 et le perron est exilé à Bruges, avec défense aux vaincus de le rétablir à jamais. Mais le 5 janvier 1477, Charles le Téméraire meurt et le Prince-Evêque de l’époque, Louis de Bourbon, se réconcilie avec les Liégeois. Il obtient alors le retour du Perron à Liège où le monument est réinstallé le 10 juillet 1478.

Il subira par la suite plusieurs restaurations ou modifications. Une des plus importante fait suite à son renversement par une tempête en janvier 1693. C’est le sculpteur Jean Del’Cour qui est chargé de la réparation. Il ajoute à son sommet trois statues de marbre blanc soutenant la pomme de pin. Ce sont les Trois Grâces, remplacées par des copies dans les années ‘60 et conservées au Grand Curtius.

Aujourd’hui, ce symbole fait en quelque sorte office de signature identitaire. Il est classé patrimoine exceptionnel de Wallonie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK