Le passage de la chaleur étouffante au froid glacial, une difficulté pour certains travailleurs

Le température va grimper cette semaine jusqu'à 39 degrés. Certains seront plus au frais que d'autres, ceux qui travaillent dans des chambres froides ou des congélateurs.  Mais comment vivent-ils l'alternance entre températures négatives et grosse chaleur?

Dans l'entreprise liégeoise PM Sweet, on imagine et conçoit des pâtisseries artisanales, destinées à la grande distribution. D'immenses congélateurs sont donc indispensables pour conserver les stocks. Pierre Klarzynski est magasinier, il manie macarons, éclairs et autres gourmandises sucrées tous les jours, entre camions de transport et congélateurs de conservation. En cette période de fortes chaleurs, les différences de température sont parfois difficiles à supporter. "Le quai d'expédition est à 50 mètres du congélateur.  On a pas mal de distance à parcourir avec des lourdes charges.  On se dépêche, donc fatalement on transpire.  Et là, on tâte effectivement la difficulté qui est de travailler dans un environnement où le choc thermique et l'amplitude thermique sont très importants" explique-t-il. 

Entre le frigo à -18 degrés et les chaleurs annoncées cette semaine, il y aura une différence de plus de 50 degrés entre le congélateur et l'extérieur. Une différence de température qui ne provoque pas réellement un choc thermique au sens médical du terme mais qui n'en est pas moins très inconfortable. Zakaria Jadot, magasinier, explique: "On reste par exemple 30 minutes dans le congélateur, on va directement à l'extérieur 10 minutes puis on retourne dans le congélateur, ça, c'est catastrophique pour nous".

Des alternances qui sont cependant indispensables. Michaël Labro, fondateur de PM Sweet, explique: "Les tournantes sont très importantes et il m'arrive plein de fois d'aller ranger le congélateur moi-même et je suis obligé d'y aller par palier d'une demi-heure ou d'une heure maximum puis de prendre une pause, sinon ce n'est pas tenable".

D'autres solutions sont mises en place dans l'entreprise pour que les grosses différences de température soient moins pénibles pour les travailleurs. "Il y a l'équipement qui est important.  Ils ont des grosses vestes, des bonnets, des gants, c'est très important.  Et puis, on a mis en place aussi des fontaines à eau qui permettent de s'hydrater même pour le personnel de production, pour les magasiniers tout au long de la journée, c'est très important.

Des initiatives qui permettent de limiter les conséquences sur la santé des magasiniers. Même si les passages du froid au chaud donnent encore naissance à des rhumes en pleine canicule.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK