Le panna comme outil de socialisation en tournoi à Verviers

Le panna, dans une version deux contre deux
2 images
Le panna, dans une version deux contre deux - © RTBF - Olivier Thunus

Le panna, ce sport de ballon, très technique, qui se joue dans une arène de trois mètres de diamètre et qui vise à faire passer un ballon de football de manière volontaire entre les jambes de son adversaire, faisait l’objet d’un tournoi ce mercredi à Verviers. Dans un quartier défavorisé, une vingtaine de jeunes s’y sont affrontés en vue d’une qualification pour une finale régionale, puis nationale. Un sport qui repose sur des valeurs exploitées par les éducateurs de rue.

A Verviers, le panna a ses vedettes locales. Muslim Aliyev, 13 ans, en fait partie : « J’ai regardé des vidéos et j’ai essayé de reproduire les techniques. Je me suis entraîné tout seul et c’est comme ça que je fais du panna maintenant. Compliqué ? Il faut juste s’entraîner. L’entraînement, c’est la clé de la réussite. Si moi j’y arrive, pourquoi pas d’autres ? »

Le panna est utilisé à Verviers par le service de prévention de la ville afin de tisser des liens et favoriser le dialogue entre jeunes des différents quartiers. Et ça marche : « Avant, c’était très compliqué de dire qu’on allait descendre avec des jeunes du quartier de Pré-Javais dans celui de Hodimont pour aller jouer au foot. Aujourd’hui, ils viennent de tous les quartiers. Les logiques de territoire ont évolué énormément », explique Pierre-Alain Urlich, intervenant social.

Un jeune verviétois s’implique particulièrement dans cette discipline qui met en avant respect, fair-play et spectacle. Moha, vice-champion de Belgique de la spécialité, apparaît même comme un grand frère dans les quartiers : « C’est exactement ça. On essaie de prendre soin des autres comme les grands frères ont pris soin de nous. On essaie de les conseiller et de leur faire comprendre que quand ils ont besoin de nous, ils ne doivent pas hésiter et ils doivent venir directement », précise-t-il.

Prochaine étape, les finales régionales, fin août.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK