Le mouvement réformateur menace de couper le financement électoral des libéraux liégeois

Christine Defraigne persiste et signe sur les "visitews domicilaires"
Christine Defraigne persiste et signe sur les "visitews domicilaires" - © www.christinedefraigne.be/photomontage Michel Gretry

Le dossier des "visites domiciliaires" chez les hébergeurs de migrants continue de semer la bisbrouille au MR. Le conseil communal liégeois, voici quelques semaines, a adopté une motion qui s'oppose aux projets du gouvernement fédéral. Le texte a été voté dans diverses localités, puis il est arrivé au parlement wallon.

La sénatrice Christine Defraigne, qui est également députée régionale, a voté pour: elle a estimé ne pas devoir et ne pas pouvoir changer d'attitude en fonction de l'assemblée où elle siège. Elle a pris la précaution d'obtenir préalablement le soutien du "comité élargi" de sa section locale. Elle a donc choisi de désobéir à la consigne des instances supérieures de son parti, à savoir l'abstention.  A l'issue des débats, les téléphones auraient chauffés entre mandataires libéraux. Selon nos informations, une menace très claire de ne pas financer la campagne électorale des réformateurs en cité ardente, en octobre prochain, a été émise. Difficile à vérifier, puisqu'à présent, tout le monde temporise....

Il faut dire que, si l'intéressée devait être publiquement désavouée de la sorte, et siéger désormais comme indépendante au parlement wallon, la majorité MR-CDH... ne serait plus majoritaire: elle ne tient qu'à une voix. Or, des décrets importants sont à l'ordre du jour, d'ici à la fin de la législature, notamment à propos des réseaux d'électricité et de gaz.... Cette brusque montée de fièvre est vraisemblablementà placer dans ce contexte, puisque, de toutes façons, avec ou sans Christine Defraigne, la motion sur les visites domiciliaires aurait été approuvée, avec l'apppoint des démocrates humanistes...

 

 

Archives: Christine Defraigne (MR) contre la loi sur les visites domiciliaires 30/01/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK