Le Moulin de Ferrières, à Héron, a des projets plein les meules

L'incroyable complexité, et l'incroyable ingéniosité d'un moulin à l'ancienne
2 images
L'incroyable complexité, et l'incroyable ingéniosité d'un moulin à l'ancienne - © Michel Gretry

La "journée européenne des moulins" a permis ce samedi à la commune de Héron de faire le point sur la relance de ses meules à l'ancienne, dont elle est devenue propriétaire à la suite du décès du meunier, et qui a recommencé à produire depuis huit mois.

L'installation date de 1745. C'est un enchevêtrement d'engrenages et de courroies qui font tourner des pierres, qui cisaillent le son, qui écrasent les grains, qui filtrent les impuretés, et qui transforments les céréales en fine fleur de farine. Le Moulin de Ferrières fonctionne, depuis huit mois, et fournit environ 700kg d'un produit de qualité, certifié issu d'agriculture biologique et locale.

L'outil est en voie de classement, parce qu'il est unique dans sa complexité et son ingéniosité, en région wallonne. Les bâtiments qui forment la cour vont être rénovés. Il est prévu d'installer une boulangerie, un restaurant, et un gîte rural. Un budget d'un peu plus d'un million a été débloqué, financé par le gouvernement provincial, et par le commissariat au tourisme.

La roue à aubes, à l'origine l'unique force motrice, doit encore être désenvasée. Mais elle devrait reprendre du service très prochainement, dès que des membres de l'association sans but lucratif qui s'occupe du site auront rétabli le canal d'amenée d'eau. Ce qui n'est pas une mince affaire, mais ces amoureaux du patrimoine ne semblent pas manquer d'ardeur à la tâche.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK