Le ministre Daerden plaide pour une extension "phasée" du tram

Les deux tronçons, à mener "simultanément", selon Frédéric Daerden
2 images
Les deux tronçons, à mener "simultanément", selon Frédéric Daerden - © Tous droits réservés

C’est le nouvel homme fort du parti socialiste liégeois. Alors, lorsqu’il renoue avec la tradition de présenter ses bons vœux (virtuels) à la presse, ses propos sont écoutés avec attention.

Parmi les thèmes abordés, le tram. Les herstaliens, comme les sérésiens, d’ailleurs, ont toujours regretté que le tracé en construction soit exclusivement liégeo-liégeois. Et, pour Frédéric Daerden, c’est le moment d’avancer pour les extensions prévues, et d’ailleurs déjà pré-étudiées. Il faut d’une part profiter de la nouvelle programmation du fonds européen de développement régional, en cours d’élaboration. Et, comme ces subsides ne vont pas suffire, il faut inclure le projet dans le plan de relance wallon. Ce qui donne deux ans pour prendre les engagements.

C’est une contrainte, évidemment, mais ça ne devrait pas empêcher de prolonger la ligne, simultanément, vers l’aval et vers l’amont. Une première estimation du coût tourne autour de 160 à 170 millions. Avec une proposition de phasage, pour ce qui concerne sa commune. Le tram pourrait, dans un premier temps, aller jusqu’à l’arrêt Licourt : c’est un trajet "relativement simple", qui ne nécessite pas d’expropriation, alors que, vers Basse-Campagne, c’est plus compliqué. Une suggestion qui renoue avec les dimensions de métropole, et qui va au-delà des super-bus envisagés par le ministre de la mobilité, mais qui est susceptible de rallier les forces vives de l’agglomération.

Tram de Liège: pose des premiers rails sur le pont Atlas (JT 03/12/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK