Le ministère de l'Intégration recadre le CPAS de Verviers

Une lecture très limitative de la législation
Une lecture très limitative de la législation - © Tous droits réservés

Le centre public d'aide sociale (CPAS) de Verviers n'applique pas toujours correctement les règlementations et les procédures. C'est un rapport d'inspection du ministère de l'Intégration qui le dit. Comme chaque année, une vérification des comptes, et des "bonnes pratiques" a été menée, pendant huit journées, en juin dernier, au cours desquelles 80 dossiers individuels d'octroi d'allocations ont été scrupuleusement épluchés.

Le principal reproche porte sur les visites à domiciles: elles sont qualifiées d'intrusives. Elle doivent, certes, permettre de vérifier l'état de besoin du demandeur, mais, en principe, sans s’immiscer dans son intimité, sans violation de la vie privée.

La directrice générale de l'administration pointe des rapports qui manquent d'objectivité, qui fourmillent d'appréciations très personnelles sur le train de vie d'usagers par exemple, sur base d'enquêtes qui ne semblent pas toujours réalisées par des travailleurs dûment habilités. En outre, des bénéficiaires cohabitants, avec charge de famille, avec enfant mineur d'âge ont été trop lourdement sanctionnés ou privés de revenus.

Recommandations plutôt que punition

Ce bulletin "peut mieux faire", épingle à mots couverts la gestion libérale du CPAS de Verviers. De quoi alimenter et éclairer les polémiques politiques locales, et le renversement de majorité qui vient d'intervenir.

Pas de punition, cependant, plutôt des recommandations pour une interprétation moins limitative des droits des gens.

À noter qu'une autre municipalité libérale, Hannut, est priée d'apporter des correction à ses méthodes. Là-bas, certains fonctionnaires exigent systématiquement d'un demandeur d'allocations qu'il produise ses extraits de comptes bancaires des deux ou trois derniers mois. Cette ingérence dans la vie privée n'est pas acceptable. Il faut certes justifier de ses revenus, mais pas de ses dépenses...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK