Le lac de la Gileppe en partie à sec

Le lac du barrage de la Gileppe bat des records à la baisse. Il a très peu plu ces derniers mois et le niveau de l'eau est exceptionnellement faible. Certaines parties du lac sont à sec. Quelques promeneurs et cyclistes l'ont découvert : il est possible de circuler sur un ancien chemin qui d'habitude serpente à dix mètres... sous l'eau.

"Ce chemin, c'est celui qui faisait le tour du lac avant la rehausse du barrage en 1971" nous explique Christophe Grifnée, l'ingénieur responsable de l'exploitation des barrages du district de l'est. "D'habitude, il est sous l'eau, c'est pour ça qu'on ne le voit pas." Le niveau de l'eau au barrage est exceptionnel. Il est à la cote 284, alors qu'il pourrait être quinze mètres plus haut.

"On peut comparer ça à notre niveau historique de référence pour la sécheresse, qui est 1976. S'il y a si peu d'eau dans le lac, c'est parce qu'il a très peu plu depuis le mois de juin. Or, nous devons quand même fournir de l'eau pour la population. Forcément, s'il y a moins d'apports que de sorties, le niveau de l'eau baisse."

Juste en amont du barrage, deux tours plongent dans l'eau. Tous les dix mètres, ces tours sont percées de portes. Ces portes servent à pomper l'eau et à l'envoyer vers la centrale électrique en aval du barrage. La porte supérieure de chacune des deux tours se trouve désormais largement au-dessus de l'eau.  

Mais la situation n'est pas catastrophique. Il reste de l'eau pour 180 jours de consommation. Le mois d'octobre est toujours le moment où le lac est le plus bas. D'habitude c'est vers janvier-février qu'il est rempli. Quelques jours de pluie peuvent suffire à faire remonter le niveau de plusieurs mètres. 

En attendant, dans les parties à sec, la nature a repris ses droits. La Gileppe coule dans son ancien cours, comme si le barrage n'avait jamais existé. La prairie a repoussé. Et comme le montrent nos photos, les promeneurs peuvent profiter d'un paysage qui n'est que rarement visible. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK