Le houblon liégeois, ça existe. Il est en cours de récolte

Samantha Salmon et Nicolas Dormal sont fiers de leur première récolte
5 images
Samantha Salmon et Nicolas Dormal sont fiers de leur première récolte - © RTBF - Olivier Thunus

Du houblon liégeois est en train d’être récolté à Villers-l’Evêque et à Lantin. Du houblon qui sera utilisé ensuite dans diverses micro-brasseries en Wallonie. Il s’agit ici d’une culture très peu répandue dans le sud du pays.

A la ferme du " Houblon made in Liège ", à Villers-l’Evêque, l’heure de la première récolte a sonné. Cette année, six variétés de houblon seront récoltées.

Cette année, on a planté 2,2 hectares. Ça représente environ 6.000 plants. C’est une culture qui demande beaucoup d’attention. Il faut être dedans tous les jours. Pour la récolte, on va d’abord voir la maturation du cône. Ensuite, quand le cône est prêt, on le ramène à la ferme, on le traite dans la trieuse et puis il part au séchoir. Et tout ça doit se faire en maximum cinq heures ", précise Samantha Salmon, cultivatrice.

Ce houblon sera vendu dans diverses micro-brasseries, de manière à favoriser le circuit court. Et ils sont encore rares à cultiver le houblon en terre liégeoise ou wallonne. Stany Herman brasse la Badjawe à Lantin. Il y a aussi lancé sa propre culture de houblon bio.

"On est très peu à le faire. C’est aussi une volonté de recentrer une culture locale qui se faisait de manière beaucoup plus importante il y a plusieurs dizaines d’années. C’est un métier compliqué, qui demande pas mal de main-d’œuvre, et en Belgique les coûts sont assez élevés. C’est pour cela que l’essentiel des brasseries importe leur houblon d’autres pays comme l’Allemagne mais également les pays de l’Est, la France et les Etats-Unis ", explique-t-il.

 

Notre but, c’est vraiment d’avoir un apport en matières locales, en l’occurrence le houblon, en plus du froment et de l’orge, pour notre brasserie. On a à peu près 750 plants de houblon, ce qui nous permettra d’atteindre environ 800 hectolitres par an en termes de capacité de brassage ", détaille encore le cultivateur-brasseur.

Et comme l’union fait la force, c’est à Villers-l’Evêque que sera traitée la récolte de Lantin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK