Le groupe CMI va construire une énorme station d'épuration vietnamienne

L'épuration des eaux d'Ho Chi Minh Ville, un casse-tête, mais pas pour Balteau
L'épuration des eaux d'Ho Chi Minh Ville, un casse-tête, mais pas pour Balteau - © Communist Party of Vietnam Online Newspaper

C'est un joli contrat, une lettre d'intention de près d'un demi-milliard. La société Balteau, filiale de l'entreprise sérésienne CMI, vient de conclure un accord de partenariat public-privé pour l'assainissement des eaux de l'ancienne capitale sud-vietnamienne.

C'est une mégalopole qui connaît une expansion fulgurante. Elle compte plus de huit millions d'habitants. Le système d'égouts et d'épuration, auquel les ingénieurs liégeois ont déjà collaboré voici six ans, ne suffit plus. Mais il manque de terrains disponibles pour construire les onze stations supplémentaires nécessaires. D'où le projet de démultiplier la capacité du site de lagunage actuel, dénommé Binh Hung Hoa. Pas évident: il s'agit de gérer, dans le respect des normes locales de rejet, un gigantesque volume de 650.000 m³ par jour ce qui, habituellement, demande beaucoup d'espace. En plus, il faut que les installations actuelles continuent à fonctionner pendant le chantier de modernisation, ce qui réclame une maîtrise technologique de haut niveau.

Voici quelques années, le ministre wallon de l'économie Marcourt avait visité les lieux,  pour manifester le soutien régional aux exportations de ce savoir-faire environnemental. La convention qui vient d'être signée permet à Balteau et CMI de disposer prochainement d'une vitrine de son expertise, avec l'ambition de rayonner dans tout le sud-est asiatique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK