Le Golden Dog Trophy liégeois, ou l'intérêt d'avoir un champion

Juger un chien repose sur l'examen de la correspondance de celui-ci avec les critères morphologiques de sa race
2 images
Juger un chien repose sur l'examen de la correspondance de celui-ci avec les critères morphologiques de sa race - © RTBF - Olivier Thunus

Trois mille chiens, de 220 races et issus de 24 pays étaient présentés ce week-end à Liège à l'occasion du Golden Dog Trophy, un important concours international canin. Il a réuni plusieurs milliers de personnes. Mais qu'est ce qui pousse des propriétaires de chiens à faire concourir leur animal?

Des propriétaires, parfois éleveurs, qui parcourent plusieurs milliers de kilomètres pour faire concourir leur chien, cela s'explique par plusieurs raisons selon Yves-Georges Boclinville, le président de l'association d'élevage canin de Liège : "Le premier intérêt, c’est de montrer, en dehors de son territoire, que son chien a toutes les caractéristiques et toutes les qualités d’un beau chien, et de pouvoir obtenir un certificat qui lui permettra de devenir, à terme, champion international. Mais c’est également un intérêt pour le propriétaire de démontrer que le sujet qu’il élève est un sujet de qualité et de lui permettre de développer son élevage".

Les chiens sont jugés sur leur conformité à l'ensemble des critères morphologiques définissant leur race. Et l'esprit de compétition est bien là, comme en témoigne le juge canin Jean-François Vanaken : "Même si les exposants aiment tous leur chien et partagent le même but -l’amélioration des races canines- il est vrai que dans l’esprit de compétition on trouve des participants plus sportifs les uns que les autres".

La sprimontoise Chantal Devos s'est d'ailleurs prise au jeu : "J’ai découvert ça il y a trois ans. On essaie de faire des champions évidemment. J’en ai un qui est devenu champion de France, de Suisse, du Luxembourg, de Hollande, et qui depuis samedi est champion de Belgique et champion international. On le fait par plaisir et ça nous permet de faire des rencontres aussi".

Chantal et son champion semblaient en tout cas ravis de l'expérience.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK