Le geste désespéré d'une jeune barbière, érigé en symbole par un graffeur liégeois

Allysson Jadin, vue par un artiste graffeur liégeois
Allysson Jadin, vue par un artiste graffeur liégeois - © Photo réalisée par l'artiste

C’est un portrait qui circule beaucoup sur les réseaux sociaux depuis hier. Une fresque – graffiti qui représente Alysson Jadin, cette jeune liégeoise qui s’est donné la mort il y a quelques jours. Elle se trouve dans un bâtiment désaffecté de la ville de Liège.

Alysson Jadin, barbière indépendante venait d’ouvrir son propre salon cet été. Contrainte de fermer boutique à cause du confinement elle avait tout perdu, en quelques semaines. Beaucoup de commerçants ont fait de ce suicide le symbole de la détresse des indépendants en ce moment.

Un jeune artiste-graffeur liégeois a voulu rendre un hommage à la jeune femme qu’il connaissait. Il était client du salon dans lequel Alysson travaillait, alors qu’elle était encore coiffeuse. " Je déteste aller chez le coiffeur, mais cette fille m’avait très vite mis à l’aise, on avait de bonnes discussions et je sentais que c’était une bonne personne ".

L’artiste n’a pas cherché à faire le buzz, il a simplement laissé parler ses émotions. " J’avais de toute façon prévu d’aller peindre ce jour-là. Et ça coulait de source, il fallait que ce soit Alysson ".

" Alysson a eu le courage de faire ce que beaucoup de gens de ma génération n’ont pas fait : entreprendre "

Mais dans cette œuvre, il y a aussi de la colère. " La situation des indépendants me touche, l’abandon du gouvernement ", explique l’artiste-graffeur.

" Alysson a eu le courage de faire ce que beaucoup de gens de ma génération n’ont pas fait : entreprendre. En Belgique, c’est très dur. Je trouve ça scandaleux. Je suis totalement en faveur des impôts, mais je suis aussi pour une juste redistribution. La situation d’Alysson c’est un exemple parfait de quelqu’un qui avait besoin de ce pour quoi on cotise. "

Si cet artiste-graffeur veut rester discret sur son identité, c’est par pudeur. " Le sujet, ça n’est pas moi, c’est Alysson ". Plusieurs proches de la jeune femme ont pris contact avec le graffeur et se sont dits touchés par son geste.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK