Le fourrage pour nourrir les animaux d'élevage de plus en plus cher

Le fourrage pour nourrir les animaux d'élevage de plus en plus cher
2 images
Le fourrage pour nourrir les animaux d'élevage de plus en plus cher - © RTBF - Erik Dagonnier

Le prix du fourrage pour nourrir les animaux d'élevage a flambé. Dans les fermes, le manque de foin et de luzerne se fait de plus en plus cruellement sentir. En cause: deux années de sécheresse auxquelles s'ajoutent les températures basses qui persistent chez nous avec un mois d'avril particulièrement froid.

Nous nous sommes rendus à Waimes chez François Blaise, éleveur et négociant en fourrage.

D'habitude, à cette période, mon hall de stockage est plein

"Ici, c'est mon hall de stockage. D'habitude, à cette période, c'est toujours plein, j'ai un minimum toujours de 10-12 tonnes de paille, et l'équivalent en foin" explique François Blaise. "Et ici, il reste à peine quelques balles qui sont déjà réservées par des agriculteurs qui m'ont téléphoné en me demandant ce qui me restait. On arrive à une situation où les gens courent réellement dans les fermes ou chez les négociants comme nous afin de trouver une balle ou deux pour se dépanner".

Les prix ont doublé

Avec des prix qui ont doublé, comme le souligne le négociant: "Ici, la balle fait 570 kilos, et si on la vend à la pièce, c'est 125-130 euros. Avant, on la vendait entre 50 et 60 euros. Les prix ont doublé".

Un manque de foin qui s'explique par la sécheresse des années précédentes, mais aussi par le froid persistant de ce début de printemps: "Ici, chaque matinée, quand on démarre, les terres sont blanches, il fait beaucoup trop froid. Les herbes ne poussent pas dans les pâtures, les fermiers hésitent à sortir leur bétail en prairie pour ne pas que les bêtes mangent trop vite le peu d'herbe qui, avec le froid, mettra encore plus de temps à pousser qu'en temps normal. Les fermiers sont donc encore plus à la recherche de fourrage afin de maintenir le plus longtemps possible leur bétail en étable et éviter de pâturer déjà les futures récoltes".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK