Le football chez les filles: "La troisième mi-temps est aussi la plus importante"

C'est une première. Une qualification de l'équipe nationale féminine de football pour un grand tournoi international. Les Red Flames se sont qualifiées pour l'Euro qui se déroulera aux Pays-Bas du 16 juillet 2017 au 8 août 2017. Nos dames se préparent à l'événement et rencontreront la Russie à Tubize le 20 octobre prochain.

L'occasion de nous pencher sur ce football féminin encore confidentiel mais en plein développement. En 3 ans, le nombre d'affiliées a doublé pour atteindre les 30 000 joueuses, dont 70% en Flandre et 30% en Wallonie.

Il reste encore du chemin à faire mais les clubs se créent. Ainsi, nous avons rencontré la nouvelle équipe des Trois Frontières sur la commune de Plombières.

"J’ai toujours voulu jouer mais ma maman ne voulait pas. A 18 ans, j’ai alors décidé de m’inscrire" explique Marta, la capitaine, qui joue au football depuis 7 ans. Elle est à la base de la nouvelle équipe avec des joueuses expérimentées.

"J’ai toujours joué au foot avec mes deux frères" explique Nathalie, la gardienne. "A 5 ans, mes parents n’étaient pas enthousiastes, ils trouvaient ça bizarre et dangereux" ajoute Torry la buteuse de l'équipe.

Il y a également des nouvelles recrues comme Audrey : "J’ai 26 ans et j’ai commencé à aller courir seule pour ma santé puis le club s’est formé et je me suis dit pourquoi ne pas essayer ?".

Seul homme au milieu de ces dames, Christophe , le coach. "J’ai déjà entraîné des équipes d’hommes et je ne fais pas de différence. Elles font les mêmes exercices" assure-t-il.

La qualification des Red Flames pour l’Euro , c'est pour toutes ces jeunes femmes une source de motivation supplémentaire , une reconnaissance aussi puisque c'est un peu médiatisé et puis ça attirera peut être plus de filles dans le football.  Et comme chez les hommes, la troisième mi-temps est ici "la plus importante" nous assure-t-on.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK