Le fitness "women only" est discriminatoire, dit le parquet de Liège

A côté des lois qui répriment le racisme et le sexisme, il existe une loi sur l'accès aux services. Elle ouvre aux clients ou usagers qui se sentiraient discriminés un droit de recours devant le tribunal civil. C'est la procédure qu'un mécontent a entamée.

Le groupe de fitness Health City et Basic Fit considère qu'il n'exclut pas les hommes, dans la mesure où il possède des salles encore mixtes dans les environs. Mais ce n'est pas la position du Procureur du Roi. Dans son avis, qui est d'ordre public, il épouse la thèse du plaignant. Il faut dire que la marge d'appréciation de la justice est réduite: un arrêté royal aurait du établir une liste d'exceptions à la stricte égalité entre hommes et femmes, mais il n'a jamais été publié.

Le groupe Health City risque gros: une indemnisation de près de 1500 € est prévue, par personne victime d'une faute. Et plusieurs salles, bruxellloises ou anversoises, fonctionnent également sur le principe "women only". L'addition peut s'avérer salée, pour autant que le jugement soit conforme à l'avis du procureur du roi. Il devrait intervenir à la fin janvier, ou au début février.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK