"Le Domino Noir", la très joyeuse et belle surprise de l'Opéra Royal de Wallonie

"Le Domino Noir", la très joyeuse et belle surprise de l'Opéra Royal de Wallonie
2 images
"Le Domino Noir", la très joyeuse et belle surprise de l'Opéra Royal de Wallonie - © LORRAINE WAUTERS

Qui connait "Le Domino Noir"? Créé en 1937 par le français Daniel-François-Esprit-Auber, compositeur de "La Muette de Portici" et de "Manon Lescaut", cet opéra comique connut à l'époque un énorme succès avant de tomber totalement dans l'oubli. "Le Domino Noir" raconte l'histoire d'Angèle, une jeune novice qui avant de prononcer ses vœux, se déguise pour revoir une dernière fois le bel Horace, objet d'un amour impossible. Christian Hecq,  comédien belge, membre et sociétaire de la Comédie française, signe la mise en scène de cette oeuvre rare et donne ainsi une nouvelle vie à cette histoire oubliée. "Une oeuvre oubliée, quel bonheur...on ne risque pas de souffrir la comparaison. On avait très peu de documents donc est s'est senti très libre dans la création, on a fait ce qu'on voulait!"

Christian Hecq partage le travail de mise en scène avec son épouse Valérie Lesort. "Cette histoire fait penser à celle de Cendrillon qui doit quitter le bal masqué avant minuit, ça se passe à Noël donc il y a une atmosphère que l'on peut qualifier de magique...plusieurs  ingrédients sont là pour en faire un spectacle gai et joyeux".  Un spectacle également servi par une scénographie et des décors plein de surprises.

Une musique inspirante

Joyeux, pétillant, drôle..."Le Domino Noir" version 2018 est un régal pour les yeux et les oreilles. "La musique est extrêmement inspirante" explique Christian Hecq " on a eu la chance de travailler avec d'excellents chanteurs qui sont aussi d'excellents comédiens, ce qui est indispensable pour ce type d'oeuvre très théâtralisée".

Dans le rôle féminin principal, la soprano Belge Anne-Catherine Gillet. "Il y a des textes parlés, des dialogues, mon rôle m'amène à travestir ma voix à plusieurs reprises pour ne pas me faire reconnaître du jeune homme dont je suis éprise. C'est très amusant de jouer la comédie. Quant à la partition musicale, elle est très exigeante. Il y a des vocalises, du grave, des aïgus donc, c'est costaud."

Entre le conte de fée, le vaudeville à la Feydeau dans lequel s'immiscent des personnages dignes de dessins animés, ce "Domino Noir" est une pure réjouissance.

A découvrir dès ce vendredi 23 février jusqu'au samedi 3 mars. Cet opéra est une nouvelle coproduction avec l'Opéra comique de Paris, créé en primeur à Liège.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK