Le digestat, un produit fertilisant pour l'agriculture, a le vent en poupe

Le digestat, un produit fertilisant pour l'agriculture, a le vent en poupe.
9 images
Le digestat, un produit fertilisant pour l'agriculture, a le vent en poupe. - © Marc Mélon - RTBF

En cette saison, les agriculteurs ont beaucoup à faire. Et certains sont à la recherche de produits respectueux de l'environnement. Exemple avec le digestat, un fertilisant issu de la méthanisation.

Moins cher que le chimique

Olivier Dutilleux est exploitant agricole à Forville.  Il a acheté du digestat, un fertilisant pour l'agriculture, à la société Biogaz du Haut-Geer. "J'ai choisi le digestat pour une raison économique. C'est un aussi bon engrais qu'un chimique.  Il apporte les mêmes éléments NPK, donc de l'azote, du phosphore et du potassium et il est nettement moins cher que le chimique", explique Olivier Dutilleux.

Le résultat d'une grande soupe

Le digestat est le résultat d'un procédé industriel obtenu à l'entreprise Biogaz du Haut-Geer. Cette société réceptionne des matières organiques et les transforme. Adrien Stevart, chef de production, explique : "Nous réceptionnons, ici, des épinards, des épluchures d'oignons, de la farine, du maïs ensilage. Avec tout cela, nous formons une grande soupe qui produit notre biogaz pour produire notre électricité. Et, in fine, nous obtenons notre digestat, qui est la matière digérée, d'où son nom".

Destiné à l'agriculture

Le digestat est donc destiné à l'agriculture. Depuis quelques années, il est fortement demandé. Charles-Antoine Dewulf, entrepreneur agricole à Geer, l'utilise. "On a commencé il y a cinq ans avec 8000 tonnes et aujourd'hui, on est avec 45.000 tonnes par an. Le digestat a la vent en poupe.  On cherche toujours des parcelles, des agriculteurs amateurs de nouveaux produits, de produits organiques qui sont meilleurs pour le sol que les engrais chimiques", explique-t-il.

Les scientifiques de Gembloux analysent

Le digestat est notamment sous la loupe des scientifiques de Gembloux où il est analysé. Différents paramètres sont pris en compte. "On regarde les caractéristiques agronomiques, l'intérêt pour l'agriculture mais aussi les caractéristiques environnementales que sont les métaux lourds et les micro polyorganiques comme les hydrocarbures. Pas question de faire n'importe quoi, c'est sous législation et des normes sont bien précises à ce sujet. Le sol n'est pas une poubelle, pas en région wallonne", explique Philippe Maesen, ingénieur agronome et chef de service du Bureau Environnement et Analyses à l'ULiège Gembloux Agro-Bio Tech.

Conquérir le marché bio

L'entreprise Biogaz du Haut Geer met tout en œuvre actuellement pour que ce digestat liquide soit accepté dans les cahiers de charge de l'agriculture biologique. C'est déjà le cas pour le digestat solide.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK