Le délégué syndical de Van Gansewinkel sous mandat d'arrêt

Recydel, filiale liégeoise de Van Gansewinkel: enfumage patronal, ou problème syndical ?
Recydel, filiale liégeoise de Van Gansewinkel: enfumage patronal, ou problème syndical ? - © Tous droits réservés

Cette entreprise liégeoise de recyclage d'appareils électroménagers, de désossage de vieux réfrigérateurs notamment, a déposé une plainte contre son employé, qu'elle accuse d'un détournement de 40 tonnes de cuivre. L'homme a été placé sous mandat d'arrêt ce mercredi. La firme avait déjà voulu le licencier le mois dernier, pour harcèlement, mais le tribunal du travail l'en avait empêché.

La FGTB ne peut exclure des malversations de la part de son délégué, mais ne peut exclure, non plus, un acharnement patronal, sur fond de conflit social très dur.

Le problème de fond, c'est le respect des normes de sécurité et de salubrité, dans cette usine: la récup' de l'électronique dégage des poussières toxiques. La FGTB a déposé une plainte, en mars dernier. La direction du groupe Van Gansewinkel a réagi par une procédure de licenciement du délégué syndical pour faute grave, pour du harcèlement envers des collègues ouvriers.  Le tribunal, saisi d'un recours, a invalidé la mise à pied, au début mai.

Et puis, ce mercredi, l'intéressé a été arrêté à son domicile. C'est la direction hollandaise du groupe Van Gansewinkel qui le soupçonne d'un vol de métaux. Il est question d'un détournement d'une quantité énorme de cuivre, une quarantaine de tonnes, dont la revente aurait pu servir à du financement djihadiste. Selon nos informations, l'homme nie, mais il a été privé de liberté, et il doit comparaître ce vendredi pour confirmer ou non son mandat d'arrêt.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK