Le cyclisme a le vent en poupe chez les amateurs en Belgique

Le cyclisme a le vent en poupe chez les amateurs en Belgique
3 images
Le cyclisme a le vent en poupe chez les amateurs en Belgique - © Barbara Schaal

A Waremme, comme ailleurs, ils sont des milliers de cyclotouristes en Belgique à se donner rendez-vous chaque semaine pour s'adonner à leur passion. " On se donne rendez-vous tous les jeudis après le travail", explique Ludovic Brochart, cycliste amateur. "On fait deux heures. On essaye aussi de se voir une fois par mois."

Depuis quelques temps, le cyclisme amateur est en plein essor. Le nombre d'adhérents n'a cessé d'augmenter. Selon la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles, la catégorie amateur a subi une hausse de 7 à 8% depuis les 4 dernières années. Ces amateurs de la petite roue viennent chercher des valeurs que seul ce sport leur procure. " Il y a  beaucoup de valeurs autour du vélo qui font que c'est un sport particulier ", raconte Sébastien Izzi, lui qui a commencé le cyclisme il y a 9 ans. " Avant, je sortais 30 minutes par semaine. Aujourd'hui, je suis passé à plus de 5 heures."  

Faire comme les professionnels

De nombreuses organisations ont fleuri au fil des années. Celles-ci proposent à ces amateurs de se tester sur les mêmes parcours que les professionnels. Ainsi, le Tour des Flandres, Liège-Bastogne-Liège ou encore La Flèche Wallonne deviennent des mythes accessibles. " Il y a différents types de distance ", ajoute Ludovic Bochart. "Cela va de 100 jusqu'à parfois 250 kilomètres. On peut voir jusqu'à 12.000 personnes pour faire ce type de balade. "

D’autres amateurs de la pédale tentent l’expérience de la compétition. Fini les courses du dimanche à un rythme de sénateur. Ici, on avale les kilomètres dans le but de gagner des courses. " On participe pour gagner ces courses, même si elles sont moins prestigieux. Nous sommes là pour la gagne ", assumer Eric De Decker, âgé de 37 ans et ancien champion de Wallonie FCWB. " On planifie notre semaine d'entrainement dans le but de faire notre course le week-end."

Des prix qui s'envolent

Mais le cyclisme peut avoir un coût. Certains n’hésitent à investir des très grosses sommes pour leur sport. " Certains vélos peuvent monter jusqu'à plus de 10.000€ ", justifie Dietrich Schroen, vendeur de cycle à Waremme." C'est un peu comme si vous achetiez une Ferrari mais pour un vélo. L'investissement se répartit sur plusieurs années." A cela, il faut rajouter le prix de l'équipement (vêtements, casques, chaussures, etc.) qui peut facilement chiffrer .

Reste que le vélo est une école du dépassement de soi. Et c’est bien ça que tous ces amateurs viennent chercher.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK