Le coronavirus amène un surcroît de travail dans les blanchisseries

La blanchisserie industrielle de Villers-le-Bouillet connaît un surcroît de travail
La blanchisserie industrielle de Villers-le-Bouillet connaît un surcroît de travail - © Google Maps

La crise du coronavirus amène un surcroît de travail dans le secteur des blanchisseries. Surtout celles qui travaillent pour le milieu médical. La société CleanLease en fait partie. Elle compte 9 blanchisseries en Belgique, dont une à Villers-le-Bouillet.

Les neuf blanchisseries et près de 10.000 membres du personnel de CleanLease travaillent à 99 pc pour les hôpitaux et les maisons de soins. Avec le coronavirus, la société a observé deux phénomènes : le linge de lit a diminué, parce que certains services tournent au ralenti, mais les vêtements de travail ont fortement augmenté.

Il y a énormément de pression par rapport à avant le covid. Les hôpitaux paniquent et ont besoin de beaucoup de linge. Ils ont aussi surtout besoin de beaucoup plus de vêtements pour le personnel. Depuis deux semaines, on a mis plus de 6000 pièces de vêtements en plus en rotation ", explique Alain Inghelbrecht, directeur commercial.

Le nombre de travailleurs n’a pas augmenté pour autant, mais diverses précautions ont été prises pour le personnel afin de respecter les nouvelles normes liées au coronavirus : " on a déjà eu des contrôles par le gouvernement pour voir si les distances sont respectées, si le personnel a des masques et des gants, et bien sûr on respecte ces règles. Quant au personnel qui n’était pas à une certaine distance, on a mis des plastiques entre les personnes pour qu’ils aient une barrière ", détaille-t-il.

Le linge susceptible d’être contaminé est aussi réceptionné dans des sacs de couleur différente et laissé plusieurs heures avant d’être traité, afin de laisser le temps au virus de disparaître.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK