Le conseil d’Etat suspend les projets du foyer culturel juif de Liège

C’est un dossier urbanistique, mais peut-être pas seulement : la rénovation des locaux liégeois du foyer culturel juif, en fait une démolition reconstruction a déclenché une polémique qui n’est pas sur le point de s’éteindre. La ville a délivré un permis, qui, sur recours de riverains, vient d’être suspendu.

Le projet consiste à remplacer les deux maisons qui depuis plusieurs dizaines d’années abritent les activités de cette association par un immeuble à appartements avec salle de réunion et salle de conférences au rez-de-chaussée.

La décision du conseil d’Etat écarte plusieurs arguments des opposants : la perte d’ensoleillement, invoquée par un voisin, à l’arrière de la parcelle, n’est guère considérée comme un motif sérieux. Pas plus que la valeur patrimoniale des bâtiments à abattre. Ce qui coince, c’est un manque de motivation dans l’autorisation : il ne faudrait pas que les activités drainent plus de monde, et faute de précision sur la capacité d’accueil, ce n’est pas garanti : ça pourrait entraîner des soucis de mobilité ou de sécurité. Voilà du moins ce que disent les magistrats.

Le foyer juif n’envisage pas de renoncer à ses plans, d’autant que, pour sa partie logement, il s’inscrit dans la politique régionale et communale de "construire la ville sur la ville". D’ailleurs, la phase de désamiantage, nécessaire quoi qu’il advienne, se poursuit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK