Le MR liégeois veut réexaminer la décision de relancer Tihange 2... Pas d'accord au conseil communal

Tihange 2, au menu du conseil communal de Liège: beaucoup de bruit pour rien....
Tihange 2, au menu du conseil communal de Liège: beaucoup de bruit pour rien.... - © Tous droits réservés

Le débat nucléaire, au conseil communal de Liège, lundi soir, a pris une tournure très politicienne.

Le texte d'une motion, déposée par l'élu Vega, pour demander l'arrêt des centrales, le plus rapidement possible, notamment pour cause de fissures dans la cuve de l'unité 2 de Tihange, a été subrepticement remplacé par une version complètement remaniée, au nom de la majorité socialiste-humaniste, une version beaucoup moins ferme, qui conditionne une fermeture aux impératifs de l'approvisionnement énergétique. Une manière de justifier les prolongations.... Sur les bancs de l'opposition, cette technique de l'amendement qui change fondamentalement le propos a suscité quelques ricanements.

Hypocrisie

Les écologistes ont dénoncé cette hypocrisie. Selon les verts, les liégeois sont en première ligne. Et ils ne peuvent se contenter d'un débat sur un plan d'urgence en cas d'accident, ou sur la distribution des comprimés d'iode. Il faut, dans le secteur du nucléaire, en revenir au principe de précaution.

Le Parti du Travail a carrément souhaité que la Ville se joigne au recours introduit par la municipalité d'Aix-la-Chapelle devant le Conseil d'Etat.

LE MR aussi veut une motion

Le Mouvement Réformateur a soumis au débat un troisième document, qui demande, entre autres, au gouvernement fédéral "de réenvisager la réouverture du réacteur n°2 de Tihange",  mais également de revoir, d'élargir, le périmètre de sécurité. Une forme de désaveu local pour une décision prise au niveau fédéral avec l'accord de la ministre de l'Energie Marie-Christine Marghem... du MR également.

On décide de ne pas décider

Le chef de groupe socialiste a alors proposé de ne rien voter lors de cette séance, mais de reporter à un mois, pour que les diverses formations tentent, d'ici là, de trouver une formulation consensuelle. Face aux risques nucléaires, visiblement, les collectivités locales allemandes et hollandaises vont plus vite en besogne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK