Le circuit de Spa-Francorchamps va devenir "le mieux connecté au monde"

La Région wallonne débloquera des subsides pour aider la nouvelle directrice de la société "Le circuit de Spa-Francorchamps" à en faire le circuit le mieux connecté au monde à l'horizon 2017, est-il ressorti mardi d'une audition au parlement wallon.

Nathalie Maillet, directrice générale depuis mai dernier de la société qui gère le circuit, a détaillé devant les députés son ambitieux plan de développement du site, qui passe notamment par la digitalisation "à 100%". Elle espère faire de Francorchamps, si possible d'ici l'ouverture de la prochaine saison en mars 2017, "le premier circuit à être le mieux connecté au monde".

Une expérience numérique en famille

La connexion des pistes, des rails de sécurité, avec des panneaux LED et les smartphones des visiteurs, devrait permettre à ces derniers d'améliorer considérablement leur expérience, notamment via une base de jeu en temps réel.

Pour élargir le public aux familles et valoriser le cadre touristique, des randonnées seront jalonnées d'étapes où des casques connectés permettront d'accéder à la réalité virtuelle. Ce projet, qui devrait être testé en 2018, vise 2021 et le centenaire du circuit. Visites virtuelles pour attirer le voyageur, wi-fi gratuit, salle de spectacle au Raidillon, etc, sont aussi au programme.

Le gouvernement wallon aidera le circuit

"Le circuit ne peut rater ce virage. Sa connexion pourrait être homologuée par la FIA (Fédération internationale de l'Automobile) pour devenir un modèle à exporter à l'international", ambitionne Mme Maillet.

La SA, dont les finances sont bénéficiaires ces dernières années, assume une part des investissements. Elle a rentré une demande de subsides à hauteur de 1,5 million d'euros auprès de la Région, dans le cadre de ses programmes de soutien à la numérisation. "Nous y répondrons favorablement, au moins partiellement", a commenté le ministre de l'Économie Jean-Claude Marcourt, interrogé sur ce point par Pierre-Yves Jeholet (MR).

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK