Le circuit de Francorchamps confie sa gestion à un "manager de crise"

Le "manager de crise" du circuit de Francorchamps, Jean-François Théatre
Le "manager de crise" du circuit de Francorchamps, Jean-François Théatre - © Tous droits réservés

Le conseil d'administration de la société anonyme Le Circuit de Spa Francorchamps s'est brièvement réuni ce mercredi matin, et il a entériné la nomination d'un directeur général intérimaire, en remplacement de Pierre-Alain Thibaut, qui quitte ses fonctions à la fin du mois. Il s'agit de Jean-François Théâtre, un "redresseur d'entreprises", un spécialiste du management de crise. Il a, par le passé, exercé ses talents auprès des groupes  Safran, SGG, ou Sitelux.

La crise que traverse Le Circuit de Spa Francorchamps n'est pas économique ou financière, puisque le dernier bilan laisse apparaître un joli bénéfice. La crise est plutôt psychosociale: en juin dernier, le personnel a déposé un préavis de grève, pour se plaindre d'un climat de harcèlement. En fait, la fusion avec l'intercommunale, intervenue voici quatre ans, n'a jamais été vraiment digérée; la direction est divisée en deux clans, en conflit ouvert, qui donnent aux travailleurs des injonctions contradictoires. Un consultant vient d'ailleurs de procéder à une analyse approfondie, et son rapport, remis en début de semaine, conclut à des problèmes graves et aigüs, qui nécessitent des changements structurels...

C'est à cette tâche que le nouveau -pour trois ou quatre mois- pilote de la société doit s'atteler. Il doit plus précisément préparer la désignation du futur directeur général. Il devrait accomplir cette mission non pas à titre personnel, mais par l'intermédiaire d'une des deux firmes dont il est le gérant, l'une de droit luxembourgeois Topaze, ou l'autre, basée en région liégeoise, C-ByR. Le montant de ses émoluments n'a pas été précisé, et Le Circuit de Spa-Francorchamps s'abstient d'ailleurs du moindre commentaire sur les décisions de ce mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK