Le CHU de Liège, au bord de la saturation, reporte certaines opérations

Le CHU de Liège, au bord de la saturation, reporte certaines opérations (photo d'illustration)
Le CHU de Liège, au bord de la saturation, reporte certaines opérations (photo d'illustration) - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

C'est une crainte qui se confirme: en début de semaine, plusieurs centres hospitaliers redoutaient le report d'opérations. Et bien, on y est. Exemple au CHU de Liège, où les salles d'opération accueilleront moins de patients les prochains jours. Et cela, car il y a désormais trop d’hospitalisations liées au Covid-19.

Au CHU de Liège, en une semaine, ces hospitalisations ont triplé. L'hôpital est au bord de la saturation. En reportant des opérations, cela va permettre de récupérer un certain nombre de lits et de récupérer du personnel, que ce soit des infirmiers ou des médecins qui commencent également à manquer car ils sont de plus en plus nombreux à être contaminés.

On choisira en fonction du caractère urgent et indispensable de l'intervention

Mais qui seront les personnes concernées par ce report? Professeur Jean-François Brichant, chef du service d'anesthésie et de réanimation du CHU de Liège: "C'est cruel de choisir. Ça, c'est un premier fait. Et nous sommes dans un état de nécessité: nous n'avons pas le choix. On va choisir en fonction du caractère urgent et indispensable de l'intervention. Et c'est à l'équipe chirurgicale qui a posé l'indication opératoire de déterminer quel est le patient qui doit être maintenu au programme ou qui peut être postposé. A titre d'exemple, en chirurgie orthopédique, un patient qui souffre d'un ostéosarcome, un cancer, devra être maintenu. Par contre, on pourra reporter une prothèse totale de hanche".

En outre, certaines hospitalisations prévues de longue date (comme par exemple des hospitalisations pour des bilans) seront également reportées dès lundi prochain.

Le CHU de Liège est le premier hôpital à prendre cette décision, mais beaucoup d’autres hôpitaux sont dans la même situation et pourraient emboiter le pas.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK