Le château de Neuville-en-Condroz est à vendre

Le château de Neuville-en-Condroz est à vendre
Le château de Neuville-en-Condroz est à vendre - © RTBF - Benjamin Carlier

La bâtisse, datant du 13ème siècle, est située à Neuville-en-Condroz. C'est l'un des plus beaux châteaux de la région liégeoise, mais ça fait déjà un petit temps qu'il est en vente. En 2015, il avait déjà été mis en vente pour 10 millions d'euros. A l'époque, il n'avait pas trouvé d'acheteur. Ici, le propriétaire est un petit peu obligé de vendre parce que ça coûte cher d'entretenir un château comme celui-là. Il a donc mis en vente le château à 8 millions d'euros. Plusieurs personnes sont déjà venues le visiter. On pourrait notamment en faire le siège d'une entreprise ou y organiser des événements comme des mariages ou des soirées. Nous avons effectué une visite guidée en compagnie du propriétaire.

Niché en plein milieu d'un écrin de verdure, le château de Neuville-en-Condroz a aujourd'hui bien fière allure. Une rénovation que l'on doit à Frédéric Lakaye, son actuel propriétaire, car quand il a acheté le domaine de plusieurs hectares en 2004, il se trouvait quasi à l'état de ruine. Frédéric Lakaye: "Il a été totalement détruit principalement lors de la seconde guerre mondiale. Il a été occupé par les Américains et par les Allemands, le site jouxte d'ailleurs le cimetière américain, ils ont une histoire commune, et c'est une bombe V1 qui, à l'époque, a détruit l'édifice".

Dix millions d'euros investis en travaux

Mais ce patron d'une petite PME est tombé sous le charme de l'endroit et il y a investi une dizaine de millions d'euros en travaux. Et comme le bâtiment était bien trop grand pour en faire uniquement sa maison, il y a également implanté son entreprise de biotechnologie: "Les anciens box à chevaux ont été transformés en laboratoires de recherches dans le domaine des phytosanitaires fongicides".

L'entrepreneur avait de grandes ambitions pour le château et la ferme qui le jouxte mais le bâtiment n'a jamais été classé et ses idées n'ont pas réussi à trouvé des partenaires financiers: "J'ai tenté de développer un partenariat avec les autorités publiques pour faire une plateforme, dessiner et héberger des startups et autres spin-off dans le domaine de la chimie verte. Je ne suis pas arrivé à fédérer les acteurs adéquats pour monter ce projet".

Il est temps de passer la main

Aujourd'hui, le patron de Biorem habite encore une aile du château avec toute sa famille, une maison un peu particulière qu'il va devoir quitter avec beaucoup de regrets: "On a d'ici une magnifique vue sur le bois du Rognac, je suis triste de devoir vendre, certes, mais je pense qu'il est temps de passer la main. Il faut savoir que c'est un investissement immobilier qui a été très lourd. Le résultat est là, il est magnifique, mais les contraintes que ce projet impose en termes de trésorerie gangrènent vraiment le développement des activités de Biorem".

Plusieurs candidats se sont montrés intéressés pour investir 8 millions d'euros dans la propriété. Parmi eux, un investisseur étranger. Mais le propriétaire espère toujours secrètement trouver un partenaire financier pour développer son projet et ne pas devoir quitter ce petit coin de paradis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK