Le cadeau de seconde main ? Malin et pas radin !

Pour les fêtes, la région wallonne offre -20% sur un certain nombre d'articles d'occasion
2 images
Pour les fêtes, la région wallonne offre -20% sur un certain nombre d'articles d'occasion - © RTBF

Ils ont déjà fait le bonheur d'autres enfants, fait rêver d'autres lecteurs ou décoré d'autres intérieurs. Pour Noël, pourquoi ne pas offrir des objets qui ont déjà vécu ? La région Wallonne soutient la démarche.

Jusqu’à la fin du mois de janvier, tout ou presque est à moins 20%, dans une trentaine de boutiques de seconde main de Wallonie. Une façon de faire des économies et de s’opposer à la surconsommation. 

Economique, écologique, original

Romain, un mètre à la main, se dirige d’un pas décidé vers un vendeur. Un large miroir en bois sombre, orné de moulures florales a accroché son regard dans cette boutique liégeoise d’articles d’occasion. " Il est vraiment chouette ", s’enthousiasme-t-il.

L’affaire est donc pliée, l’objet en question finira au pied du sapin, cadeau de Noël " pour une bonne amie ". L’amie en question sera-t-elle déçue, vexée de recevoir un objet qui a déjà servi ? " Au contraire, elle sera vraiment contente ", affirme Romain sans l’ombre d’un doute.

Il y a tellement de matière qui est jetée à la poubelle de façon compulsive

Pour le jeune homme, faire un cadeau de seconde main, c’est une façon de trouver un objet qui sort du commun, de faire des économies, mais aussi de poser un geste engagé : " il y a tellement de matière qui est jetée à la poubelle de manière compulsive ", se désole l’artiste liégeois. " Je trouve ça chouette que ça entre dans les mentalités ".

Des livres, des jouets, des objets vintage ou décalés… acheter de seconde main c’est aussi l’assurance de sortir du lot et de surprendre. " Si on voit que la personne a vraiment réfléchi, qu’elle s’est cassée la tête, même si l’objet est ancien ou moins cher, la démarche est beaucoup plus marquante que l’achat d’un bête smartphone ", estime Michel Simon, le responsable de la ressourcerie du pays de Liège. 

La crainte de passer pour le radin de service

Mais pas facile pour tout le monde de franchir le pas. La peur de passer pour le radin de la famille est encore bien réelle. La crainte de dévoiler d’éventuelles difficultés financières aussi. " On a peur d’être pointé du doigt et certains vont alors au contraire avoir tendance à surconsommer pour ne pas perdre la face ", analyse Michel Simon.

Les mentalités seraient toutefois en train de changer à ce sujet. " On le voit bien avec les mouvements actuels, la préservation du pouvoir d’achat est vraiment un sujet important. On essaye donc d’acheter des biens moins chers ".

La question environnementale fait aussi son chemin. " Dans l’esprit des gens c’est un achat un peu citoyen. On a meilleure conscience en se disant : au lieu d’utiliser de la matière première, je vais acheter un bien qui existe déjà. "

L’opération -20% de la région Wallonne se poursuit jusqu’à fin janvier. Les précisions et la liste des magasins participants est disponible sur le site Ecoconso.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK