Le CA de Publifin a décidé de reprendre le contrôle de Finanpart

Le CA de Publifin a décidé de reprendre le contrôle de Finanpart
Le CA de Publifin a décidé de reprendre le contrôle de Finanpart - © SOPHIE KIP - BELGA

Lundi soir, le conseil d'administration de l'intercommunale a décidé de reprendre le contrôle de Finanpart. Finanpart, c'est le holding qui possède Nethys. Cela veut-il dire que les jours d'André Gilles et de Stéphane Moreau à la tête de Nethys sont comptés ?

Penser la structure comme un gâteau 

Les jours d'André Gilles, c'est possible. Ceux de Stéphane Moreau, c'est moins sûr. Pour bien comprendre tout ça, pensez à un gâteau. Tout en dessous, c'est le biscuit, c'est Publifin. Au milieu, c'est la crème, c'est Finanpart. Au-dessus, c'est le chocolat, c'est Nethys.

Et sur le chocolat, c'est la cerise, c'est André Gilles et Stéphane Moreau. Pour atteindre André Gilles et Stéphane Moreau, la petite souris doit d'abord grignoter Finanpart. C'est ce qui vient de débuter.

La suite de la recette est incertaine

Publifin a convoqué une assemblée générale de Finanpart. Et cette dernière devra remplacer son conseil d'administration par les onze administrateurs de Publifin. La structure publique commence à reprendre le contrôle du gâteau. Mais la recette de ce qui vient ensuite n'est pas encore écrite.

Au bout du processus, ceux qui sont visés, ce sont bien André Gilles et Stéphane Moreau, même si le président socialiste Paul-Emile Mottard évite de prononcer leurs noms. "Je pense que les instances de Nethys seront revues. On va poser la question des administrateurs publics qui devront être changés, ça me semble évident, et la réflexion sur le management et les administrateurs indépendants fait partie de cette réflexion" explique-t-il.

Les instances de Nethys seront donc revues, confirme le président Paul-Emile Mottard, mais sans préciser qui devra partir, ni de quelle manière. Le sort futur d'André Gilles et Stéphane Moreau n'est donc pas encore fixé. D’autant que Stéphane Moreau a encore des supporters.

Les choses ne vont pas assez loin

Les administrateurs écolos et cdH auraient aimé avancer la minuterie. L'affaire des comités de secteur a éclaté il y a déjà six mois. Pour Cédric Halin, par exemple, l'échevin cdH d'Olne qui avait débusqué l'affaire des comités de secteur, ça ne va pas assez vite.

"On a fait un premier pas dans la bonne direction en renouvelant le CA de Finanpart mais malheureusement, il n'y a pas eu la possibilité de dégager un consensus pour aller plus loin. J'ai voté contre par cohérence avec ma proposition car je souhaite que l'on modifie également le conseil d'administration de Nethys et qu'on aille nettement plus loin".

L'assemblée générale de Finanpart devra se tenir à la mi-juin. Quand au prochain conseil d'administration de Publifin, Cédric Halin compte bien demander aux ex-membres des comités de secteur de rembourser l'argent qu'ils ont reçu.

Sujet JT 13h du 16 mai:

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir