Le 19ème Festival " Paroles d'Hommes " sera Paroles… de Femmes

Virginie Hocq
3 images
Virginie Hocq - © Tous droits réservés

Herve, Soumagne, Dison, Verviers, Welkenraedt, Stavelot, Theux, Trois-Ponts, Malmedy, Blegny et Liège seront à nouveau les étapes du Festival " Paroles d’Hommes " pour son édition 2020 ; une itinérance unique en Fédération Wallonie Bruxelles qui a permis, selon ses promoteurs, de fidéliser au fil des ans un public de base qui change de ville ou commune pour assister à la grosse vingtaine de représentations programmées chaque année.  L’édition 2020 ne faillira pas à la tradition avec 24 représentations organisées dans plusieurs centres culturels et salles communales.

Le Festival est né un peu par hasard : en fait, il ne devait y avoir qu’une seule édition, en 2002… Mais succès et originalité de la formule faisant, le Festival fêtera ses 20 ans en 2021, fidèle à sa philosophie engagée : " Nous souhaitons provoquer au public son regard sur le monde, explique Evelyne Daniel présidente du festival. Un regard sur les enjeux actuels de société et il y a urgence. Nous sommes là aussi pour la défense des Arts qui travaillent la beauté, afin que demain soit plus beau que hier, et donner ainsi un peu de bonheur à ceux qui nous suivent durant six semaines. "

 

Virginie Hock, Nach, les féminicides, Anna Politkovskaia, Joy, Gelsomina, Nina Simons, …

Paroles d’Hommes pourrait aussi s’appeler festival des Droits Humains, estime Patrick Donnay, fondateur et directeur artistique du festival. Et cette année, parole sera largement donnée aux femmes ; c’est d’actualité et leur importance dans la société ne cesse de grandir. Nous avons donc programmé un nombre majoritaire de spectacles et activités portés par des femmes. " Un coup d’œil sur la programmation suffit pour se rendre compte de la démarche du Festival pour 2020 : qu’elles soient autrices, comédiennes, metteuses en scène, personnages centrales d’une œuvre, chanteuses, musiciennes, la femme sera omniprésente dans les onze villes et communes qui accueilleront le festival du 31 janvier au 22 février 2020, sans oublier des thèmes propres à la condition féminine.

Virginie Hock tiendra ainsi le haut de l’affiche avec son nouveau spectacle programmé à Welkenraedt le 11 février ; la jeune chanteuse Nach, fille de Louis et frère de Mathieu Chedid, à qui certains promettent un avenir semblable à Angèle, se produira à Herve le 12 février dans un concert découverte. Les listes de femmes assassinées par leur conjoint ou ex-compagnon de vie qui ne cessent de s’allonger seront dénoncées dans " Cinglée " , écrite par Céline Delbecq et coproduite par le Rideau de Bruxelles (1er février – Herve), pièce suivie d’un débat en présence de Me Adrien Masset, avocat et professeur à l’ULiège ; l’assassinat par les services de Poutine de la journaliste russe Anna Politkovskaia en 2006 sera évoqué dans une pièce qui a peu tourné quoique datant d’une dizaine d’années " Femme non rééducable " ( 20 février – Soumagne) avec dans l’un des deux rôles le formidable Angelo Bison : " les propos ont été vérifiés , explique l’acteur, et on a de la peine à croire les récits des exactions de l’armée russe en Tchétchénie, dénoncés par la journaliste, tant on était au sommet de la barbarie, ce qui lui a valu d’être abattue ".

Des femmes encore au-devant de la scène : Karen De Paduwa dans " Gelsomina " un seul en scène basé sur la Strada de Fellini (13 février – Theux), Joy, slameuse d’origine burundaise et italienne en concert avec le Hervien Aprile qui proposera son nouvel EP (Dison – 7 février), NinaLisa, un dialogue musical et chanté  entre Nina Simons et sa fille Lisa, incarnées par deux artistes accompagnées par le pianiste Charles Loos (Cité Miroir Liège – 21 février), Raphaëlle Bruneau dans " qui est blanc dans cette histoire " relative au colonialisme et au métissage (Dison – 15 février) ; la condition féminine aussi dans " Ménopausées "  spectacle créé au Théâtre de Poche à partir d’une cinquantaine de témoignages de femmes (Trois-Ponts – 9 février).

L’humour aussi

S’il se revendique sérieux  dans les thèmes qu’il aborde,  " Paroles d’Hommes " n’en demeure pas moins distrayant avec de bons moments d’humour comme " la Framboise Frivole " qui fêtera son " centenaire " ( Malmedy – 8 février) , le déjà célèbre " Zinc ", pièce sur l’étonnant statut de Moresnet Neutre qui abritait au 19ème siècle le plus grand gisement de zinc au monde, une création d’Avignon off 2019 traitée avec une bonne dose d’humour (Soumagne et Malmedy – 2 et 3 février) , " Toutes les choses géniales " où François-Michel Van der Rest fait participer le public dans un seul en scène alliant légèreté et profondeur (Stavelot – 18 février). Humour encore mais aussi grande maîtrise de la parole et de l’instrument dans "  Une vie sur mesure " où Pierre Martin étincelle à la batterie, son instrument fétiche qui lui a tant donné de joie et de désillusions (Herve – 19 février).

Quant à l’ouverture du festival, à Soumagne le 31 janvier, elle sera marquée par une création : " je suis une histoire " qui dénonce l’étiquette trop souvent et erronément collée aux gens de la simple société. On notera encore " Crâne " avec en scène avec Hervé Piron, meilleur comédien au prix de la critique 2019, un récit clinique d’une opération au cerveau (Verviers- 4 février ).

Le Festival est complété par trois expositions thématiques dont une intitulée " Le musée du Capitalisme ( Verviers - Centre Touristique Laine et Mode du 18 janvier au 23 février).

 

Infos et réservations : parolesdhommes.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK