La zone de police Secova signe le protocole de disparitions des seniors

La zone de police Secova signe le protocole de disparitions des seniors
La zone de police Secova signe le protocole de disparitions des seniors - © IRIS ZARBO - BELGA

La police de la zone Secova a officiellement signé le protocole de disparitions des seniors à domicile. Une signature qui permet aux forces de l'ordre de collaborer avec la cellule des personnes disparues de la police fédérale et de la Ligue Alzheimer en vue d'agir plus efficacement en cas de disparition inquiétante d'une personne atteinte de démence.

C'est après avoir constaté que 70% de personnes qui souffrent d'une forme de démence ou d'Alzheimer vivent encore dans leur habitation que la cellule des personnes disparues de la police fédérale a souhaité transposer le protocole de disparitions des seniors en maison de repos au domicile. Pour y arriver, elle a mis en place, en collaboration avec la Ligue Alzheimer ASBL, des feuilles signalétiques à destination des policiers.

"Nous proposons aux personnes concernées par la démence de remplir préventivement une fiche identitaire qui contiendra les informations nécessaires à la police pour débuter les recherches, à savoir la photographie de la personne concernée, ses signes distinctifs, ses habitudes et les endroits où elle aime se rendre", a indiqué vendredi matin David Rimeaux, commissaire de police à la cellule des personnes disparues de la police fédérale.

"La dernière feuille de l'affiche doit être collée derrière la porte d'entrée du domicile pour qu'en cas de disparition, elle puisse indiquer aux intervenants extérieurs la présence d'une fiche identitaire ainsi qu'un numéro de contact. Les premières pages de cette fiche seront quant à elles pliées et disposées dans une boite à tartines qui devra ensuite être rangée dans le frigo."

Une initiative qui a pour objectif de sauver plus de vies en rendant le travail des enquêteurs plus efficace et plus rapide en cas de disparition d'une personne atteinte de démence. Au vu des avantages considérables du projet, plusieurs zones de police ont été séduites.

Une trentaine d'entre elles ont déjà signé aussi bien le volet "maison de repos" du protocole que celui "domicile". Vendredi matin, c'était d'ailleurs au tour de la police de la zone de Secova d'apposer sa signature. Elle était accompagnée des responsables du projet ainsi que des autres partenaires, tels que le CPAS, la fédération de médecins, le prestataire de services d'aide et de soins des communes de Chaudftontaine, Esneux, Aywaille, Sprimont et Trooz.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK