La Wallonie relance le projet de liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays entre l'E25 et l'E40

 Agglomération liégeoise et schéma de la liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays
Agglomération liégeoise et schéma de la liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays - © www.abr-bwv.be

Au parlement wallon, l'opposition MR, avec le soutien dans la majorité du PS et du cdH, relance le dossier du projet de liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays. Vieux de plus de 45 ans, ce projet de tronçon autoroutier de 12 kilomètres et demi devrait compléter le ring autour de Liège en reliant l'E25 à l'E40.

Enterré par les écolos lors du précédent gouvernement wallon, le projet vient d'être exhumé par les libéraux qui ont déposé un projet de résolution devant le parlement pour soutenir la réalisation du fameux "chaînon manquant" CHB. Amendée par le PS et le cdH, la proposition MR a été adoptée à une écrasante majorité. Seuls les écolos ont voté contre.

Pour le député libéral Philippe Dodrimont, le projet de liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays n'est pas opposé mais complémentaire à celui du tram liégeois. Il propose aussi de renouer rapidement le dialogue avec les riverains dont les terrains sont gelés depuis des décennies : "Sur l’étendue du territoire concerné par la liaison, cette zone de réservation prive les riverains de pouvoir jouir pleinement du bien qui est le leur alors que des indemnisations n’ont pas encore été réalisées".

La résolution prévoit d'ici un an, d'établir un rapport devant le gouvernement wallon sur l'état d'avancement du dossier. Dans la majorité PS-cdH, on soutient le projet CHB même si chacun ne se fait guère d'illusion sur son financement immédiat. On parle d'environ 500 millions d'euros à trouver.

"Nous savons que les travaux ne vont pas commencer demain pour des raisons budgétaires évidentes mais cette résolution est importante parce qu’elle permet de réaffirmer la volonté et le caractère essentiel de ce projet", explique Marie-Dominique Simonet, députée cdH.

Ce projet de liaison, seul les écolos l'ont rejeté. Ils proposaient plutôt de consacrer ce budget à des projets de mobilité durable. 

"On ne peut pas continuer seulement à consacrer nos moyens budgétaires à développer le réseau autoroutier et penser que sans problème, la mobilité va changer. Mais elle ne changera pas, on va continuer à avoir plus de voiture et à dépenser plus d’argent pour elle", souligne le député vert Philippe Henry.

65 voix pour et 6 contre: au parlement wallon mercredi, le choix politique était majoritairement en faveur de cette liaison.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK